publié le 13 novembre 2011 par Julien Bonjour dans Conceptuel, Conseils, Le blog, Photographie, technique

Vous le savez maintenant, je suis un vrai aficionado de twitter. Enfin pas du réseau social en lui même, je n’ai pas changé le papier peint de ma chambre pour y coller des petits oiseaux bleu. Ce qui me plait c’est la communauté photo qui s’y est nichée (t’as vu je maîtrise les jeux de mots maintenant) et avec laquelle le flux d’information est non stop. Tout est parti d’un tweet de Fred Laurent alias @MonsterFred, publié mercredi dernier et qui disait ceci : « Je vous mets au défi de ne pas utiliser l’écran de contrôle de votre réflex numérique pendant une semaine. »

De là s’est développé un engouement de la part de nombreux twitteurs, qui est également devenu un défi repris par le site Nikon Passion : du 7 au 12 novembre faites de la photo mais sans regarder votre écran. Le fait de regarder constamment son écran lcd est un toc qu’on appel Chimping aux states, mais le mieux est de lire l’article sur Lense.fr qui en parle très bien. L’idée, telle que je l’ai interprétée, est de dire stop aux automatismes facilitées par le numérique. Et surtout de revenir aux basiques de la photo, développer son regard photographique : Savoir s’imposer des contraintes pour réfléchir avant de déclencher.

6335176508 963f30fd6c o 620x413 Le No screen challenge ou comment progresser en photo avec twitter

Le mouvement n’est pas nouveau, il est cyclique, une sorte de défi personnel « Suis-je capable de faire de LA photographie et non seulement DES photos ?« . Il y’a peu de temps Hervé Le Gall de shots.fr nous proposait le jeu des 36 poses tandis que Nikon passion nous proposait 6 idées pour relancer sa pratique photo. Ici la contrainte supplémentaire était d’écrire un article sur son blog, celui que vous êtes en train de lire actuellement. Et comme je suis autant blogueur que photographe, je ne pouvais (spoiler alert : mot intelligent blank Le No screen challenge ou comment progresser en photo avec twitter qu’acquiescer.

J’ai donc bien sûr répondu présent, puisque c’est la même idée qui m’a poussé à m’intéresser à l’argentique cette année. Afin de faire mon malin, mon malinois comme diraient certains, j’ai poussé le contraintes : 1 focale fixe et standard, à savoir mon 30mm f/1,4 (équivalent du 50mm en plein format), et un traitement unique de mes Raws (afin de ne pas tricher sur le rendu). Enfin comme je n’avais pas trop de temps non plus cette semaine, je me suis limité à 36 poses, comme dans l’article d’Hervé Le Gall.

Les 4 premiers jours, le brouillard ne s’est pas levé (et ouais c’est ça aussi l’automne dans l’Est), j’ai donc fais quelques clichés, histoire de tâter le terrain. Première remarque, même en ayant désactivé la revue des photos, je me retrouve à checker un écran noir, automatisme quand tu nous tiens. Et puis ce vendredi, grâce à la pleine lune, le brouillard s’est vivement dissipé, et j’ai sauté sur l’occasion pour aller shooter une heure de temps dans les rues de ma bonne vieille ville de Dole (sans accent circonflexe s’il vous plait).

6335198028 d5e6f7019d o 620x413 Le No screen challenge ou comment progresser en photo avec twitter

j’ai également piqué l’idée de mon ami Cédric aka Gnondpomme, c’est à dire partir photographier avec un casque sur les oreilles. Généralement, je ne le fais pas, car j’aime entendre ce qu’il se passe autour de moi, des gens qui parlent, le bruit d’un cours d’eau, des bruits de pas… Tout ce qui pourrait interpeller mon interrogation, mon regard. Et puis aussi parce que la batterie de mon téléphone est vraiment faible …  blank Le No screen challenge ou comment progresser en photo avec twitter

Armé des 2 EP de Casper Whirlin (qui mérite amplement que vous alliez sont electro / indus de grande qualité), je marche dans les rues de ma ville. Après un peu de temps, je ne regarde même plus mon Lcd, qui est redevenue cet espace vide qui existait sur les appareils argentiques. Je me concentre un peu plus sur mes réglages, et prends également plus de temps avant de déclencher. Avec une focale fixe, et sans Lcd, il faut bouger, cadrer, gérer et seulement après déclencher. Le noir et blanc nécessite également de réfléchir autrement ses photos, non plus en couleurs et en luminosité, mais en formes et contrastes.

Au final une vingtaine de photos en sortent, je suis comme un gosse ouvrant un Kinder surprise, lorsque se dévoilent sur mon écran d’ordinateur, les photos que j’ai pris durant la semaine. Alors oui je les ai retraitées, mais d’une manière authentique à un tirage argentique. Je n’ai touché qu’aux contrastes (possible avec des filtres multigrades en argentique), à l’exposition (générale ou locale), et sur quelques unes j’ai procédé à un léger recadrage (redressement de l’horizon).

Voila, maintenant si vous souhaitez en savoir plus, je vous invite à aller voir le site de Fred Laurent : Histoires de photos qui devrait regrouper le témoignages de divers photographes qui comme moi, ont joués le jeu du récit de leur expérience. Et si vous souhaitez tenter l’exercice, il est vraiment intéressant et formateur. A refaire de temps en temps, pour réfléchir d’avantage à sa pratique de la photographie.

Participer 6 Comments

  1. dieta

    24 novembre 2011 at 08:13 — Répondre

    Sauterelle un peu centrée ! Le ton sur ton rend la photo difficile à observer ! Le net est un peu insuffisant, il aurait fallu mettre le diaph à f5. 6, ce qui était possible puisque tu étais en mode Aperture et auto sur la vitesse. Juste à tourner une molette de réglage !

  2. totographe

    16 novembre 2011 at 15:46 — Répondre

    Hey, nan j’aime bcp ton blog.
    Pour les fautes, t’inquiètes, je sais que tu es relu par Sané ;)
    Pour le reste, j’voulais écrire un pavé et je me suis dit que j’allais encore passer pr le râleur de base …
    On en parlera en live une prochaine fois, j’offre la mousse ;)

  3. Bones

    16 novembre 2011 at 14:36 — Répondre

    Bonjour Marco, C’est très sympa de m’avoir laissé ton point de vue sur le passage de l’argentique au numérique. J’avouerai que c’est la premier fois que je pars photographier avec de la musique sur les oreilles. Habituellement je pars sans car j’aime entendre ce qu’il se passe autour de moi, être à l’affut d’un bruit, qui pourrait ensuite attirer mon oeil. Ici je me suis retrouvé dans une bulle, ce qui n’est pas désagréable, mais déconcertant. En tout cas il faudrait que je retente l’expérience.

    Hello Toto, merci pour ton commentaire ! Ca me fais plaisir que tu passes ici de temps en temps, malgré toutes les conneries et les fautes que je peux y fourrer :-)

  4. totographe

    15 novembre 2011 at 14:35 — Répondre

    Jolies photos !

    Pour le reste, Joker (bof tu sais quoi ;) ) @++

  5. Marco Carbocci

    15 novembre 2011 at 11:23 — Répondre

    Salut. Je l’ai dit déjà sur le blog de Fred, je suis trop nouvellement venu au numérique, ai conservé trop de des habitudes acquises par une longue pratique de l’argentique, pour mesurer la difficulté de travailler sans un écran que je n’utilise quasi pas pour ma part. (De la même manière, j’ai désactivé tous les automatismes de mon nouvel apn, à commencer par l’AF qui m’embarrasse beaucoup plus qu’il ne m’aide.) J’interviens donc surtout pour saluer les images produites ici, ainsi que celle du texte qui les accompagne. Je relève aussi ta démarche de travailler en musique. C’est étrange, mais c’est le seul changement que j’ai opéré pour ma part en passant au numérique : je ne sors plus jamais sans mes écouteurs. C’est d’ailleurs peut-être cet accompagnement musical qui me fait travailler en numérique comme je travaillais en argentique : en m’isolant totalement de l’extérieur, il me semble que je demeure plus attentif à visualiser intérieurement l’image capturée. Sais pas. Je vais creuser l’idée de mon côté.

  6. Pingback: Une semaine sans utiliser l’écran du reflex numérique : les photographes blogueurs témoignent « Histoires de photos

Laisser un commentaire

Haut ^