La profondeur de champ et moi : Guide pour les débutants

Qu’est-ce que la profondeur de champ ?

La profondeur de champ est un des paramètres les plus importants avec lequel nous pouvons composer. Elle peut être utiliser pour obtenir une grande profondeur dans les paysages tout comme elle permet de  focaliser votre regard sur un détail, un visage. Dans ce mini guide, nous allons faire le point sur ce qu’est la profondeur de champ, et je vous montrerai quelques exemples.

fleur

Si nous reprenons la définition de wikipedia, voici ce qu’est la profondeur de champ :

« Pour un réglage et une utilisation donnés d’un appareil photographique, la profondeur de champ correspond à la zone de l’espace dans laquelle doit se trouver le sujet à photographier pour que l’on puisse en obtenir une image que l’œil (ou un autre système optique) acceptera comme nette. »

Pour faire simple c’est la partie nette qui apparait sur votre image, devant et derrière votre zone de mise au point. Celle-ci est contrôlée par l’ouverture du diaphragme de votre objectif, ainsi que par la distance entre votre sujet et votre objectif. Par exemple une grande ouverture de f/1,8 vous donnera une zone de netteté peu profonde, tandis qu’une petite ouverture de f/13 augmentera cette zone, vous offrant ainsi plus de détails sur le même sujet.

La profondeur de champ est également différente selon la focale (longueur) de votre objectif. Un objectif grand angle vous donnera une plus grande profondeur de champ pour une ouverture donnée par rapport à un téléobjectif. Ceci explique pourquoi les objectifs grand-angles sont majoritairement utilisés pour les paysages, et les téléobjectifs pour les portraits.

Breizh

La dernière partie du puzzle est la distance de votre sujet. Si vous utilisez le même objectif, avec les mêmes réglages, la profondeur de champ variera en fonction de vos déplacements, que vous vous approchiez ou reculiez. A proximité elle sera peu profonde, et à distance elle grandira par rapport à votre sujet de base.

 Comment l’utiliser ?

Dans la photographie de portrait, et dans la plupart des cas nous souhaitons focaliser l’attention sur notre sujet et non l’arrière plan ou tout autre détail pouvant perturber la lecture de la photo. L’objectif de référence pour les portraitiste est un objectif à grande ouverture de 85mm (attention au format de votre capteur). Ce petit téléobjectif ne compresse pas trop la perspective, et associé à une grande ouverture (f/1,8 ou f/1,4) il offre une petite profondeur de champ au rendu très doux, floutant complètement le fond de votre image, effet également connu sous le terme de « bokeh ».

En faisant la mise au point sur les yeux vous obtiendrez un visage net tout en effaçant le décor très rapidement. Attention toutefois il faudra généralement fermer d’un ou deux stop (valeur d’ouverture) pour éviter que les cheveux et la pointe du nez soient flous. Pour vous aider, certains appareils photos possèdent un bouton vous permettant d’avoir un aperçu de votre photo finale directement depuis le viseur. Sur les boitiers de marque Canon par exemple, c’est le bouton testeur de profondeur de champ se trouvant devant, à gauche de l’objectif (ou à droite si vous le regardez de face).

portrait Thibault

Une autre utilisation de la faible profondeur de champ va être de focaliser le regard du lecteur sur un point particulier de votre scène, par exemple les fleurs au premier plan de votre image, et non l’arrière plan. L’astuce ici sera de choisir la meilleure ouverture de votre objectif pour conserver vos fleurs nettes (voir l’exemple au début de cet article), tout en rendant votre arrière plan méconnaissable.

Concernant l’utilisation d’une grande profondeur de champ, celle-ci est principalement utilisée dans la photographie de paysage. Le photographe voudra généralement avoir une image totalement nette, du premier plan à l’arrière plan. Un grand angle combiné à une petite ouverture comme indiqué plus haut, permettra d’avoir une zone de netteté relativement importante pour couvrir la scène.

breizh

Un autre élément va vite entrer en compte lors de vos prises de vues : l’hyperfocale. Si vous faites simplement la mise au point sur l’horizon, ou réglez simplement votre mise au point sur l’infini, vous allez perdre la netteté de votre avant plan. Selon wikipedia, encore une fois :

L’hyperfocale ou distance hyperfocale, est la distance minimum pour laquelle les sujets seront perçus comme nets quand on règle la bague de mise au point sur l’infini. Il s’agit de la netteté de mise au point en excluant tout problème de mouvement.

Ce qui peut s’exprimer de deux façons :

– L’hyperfocale est la distance minimum à partir de laquelle le sujet est net, si on fait la mise au point sur l’infini.

– La distance de mise au point faite sur l’hyperfocale, permet d’obtenir une image nette de l’infini à la moitié de cette distance.

En utilisant cette règle, vous pourrez avoir une garantie sur la netteté de votre image, en partant de votre premier plan jusqu’à votre ligne d’horizon.

La distance hyperfocale est différente en fonction de votre ouverture et longueurs de focales, sur les anciens objectifs cette information était même notée sur les bagues des objectifs, information qui a malheureusement disparu. Il y a cependant beaucoup d’information sur internet, ainsi que plusieurs applications pour smartphones, qui pourront calculer pour vous la zone d’hyperfocale, mais si vous ne comprenez rien à ces valeurs, la meilleure solution est de faire la mise au point le plus loin possible, et de refaire la mise au point manuellement pour obtenir la meilleure netteté possible.

Munich

Comme je vous le disais au départ, la profondeur de champ est un des aspects les plus puissants dans la composition de vos images. Cet article ne présente que rapidement les possibilités qui vous sont offertes, mais la meilleure façon de comprendre et maitriser cette technique sera de pratiquer avec plusieurs objectifs, en utilisant plusieurs ouvertures.

source

6 Commentaires

  1. Julien B

    21/06/2012
    Répondre

    J'ai préféré parler de netteté plutôt que de piqué, car cela est relatif à chacun. Un objectif peut paraître bien pour quelqu'un, et pas assez piqué pour celui qui est pointilleux.

    Pour ceux qui lisent les commentaires, il faut savoir qu'un objectif aura le meilleur piqué entre f/8 et f/14. C'est une moyenne qu'on peut retrouver sur quasiment tous les objectifs, mais on perd rapidement le "bokeh" avec ces ouvertures.

    • Thomas

      25/06/2012
      Répondre

      Bjr,

      Bon article, merci.

      Avec une ouverture plus petite que f14 (f22, ou 32 en fct des objo) on ne gagne plus en piqué?

      Merci

      • Seb F.

        26/06/2012
        Répondre

        @Thomas : SI je ne dis pas de bêtises, le piqué est compensé par les aberrations chromatiques au bout d'un moment

        @Julien : bon article, bonne synthèse, ca sent le lien photo ca ;-)

      • Julien B

        27/06/2012
        Répondre

        C'est en fait la diffraction de la lumière, provoqué par la fermeture du diaphragme qui va produire une perte de contraste sur l'image. Il y'a un excellent article à lire sur le monde de la photo à cette adresse : http://www.lemondedelaphoto.com/Le-pique,1703.html

  2. Aymeric

    21/06/2012
    Répondre

    Un très bel article qui illustre bien la problématique de la profondeur de champ et la notion d'hyperfocale. Un petit complément sur le piqué des optiques à leurs différentes focales pourrait être interessant.

    Bravo Julien !

    Aymeric

Vous souhaitez partager vos pensées ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires affichent *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.