publié le 17 février 2012 par Julien Bonjour dans alimentaire, Photographie, technique, Technique Photo

Hier j’ai eu l’occasion de réaliser une photo de produit pour ma société. Jusqu’à maintenant je m’occupais d’une certaine catégorie de produit, ce qui consistait a réaliser des séries de packshots, pas toujours sexy, et claquer entre 150 et 200 photos dans la journée. Épuisant, mais formateur. Au fur et à mesure des catalogues, j’ai gagné en connaissances, mais surtout en rapidité, en perdant beaucoup moins de temps a régler ma lumière.

Hier donc, c’était un tout autre défi puisqu’il manquait une photo d’ambiance à notre catalogue général, et j’ai eu l’occasion de la réaliser pour combler ce vide.

Setup Ca sent le pâté : Détail dune photo de produit

Le but était de mettre en valeur une terrine, la rendre sexy et appétissante. je me suis donc basé sur l’éclairage des autres photos du catalogue, afin de les reproduire au mieux, et garder une homogénéité dans le catalogue. Vu la disposition de la pièce, le matériel disponible, et le temps imparti je suis parti sur le setup suivant :

Diagram Ca sent le pâté : Détail dune photo de produit

Ma source de lumière principal est une softbox de 60cm x 60cm placée au dessus du produit, assez basse. Ceci permet d’écraser les ombres, et d’avoir un produit éclairé de manière homogène. Puissance 1/4.

Une fenêtre à droite, qui apporte une lumière diffuse sur l’arrière droite, et sert en quelque sorte de backlight. Suite à l’intervention de Sane79 et Darth dans les commentaires, il a été découvert que cette source de lumière n’en était finalement pas une.

Un flash sans « modifier » à 45° à droite du produit. Celui ci est positionné un peu en hauteur, permettant d’éclairer parfaitement la coupe dans la terrine. Puissance 1/4.

Enfin un réflecteur doré de 120cm, permettant de ré éclairer en partie le coté gauche et de réchauffer la lumière de la terrine.

Et pour terminer le boîtier, est réglé en mode manuel (éclairage oblige) avec les valeurs suivante : 1/125 à f/9 pour 100 iso. Pour l’éclairage ce sont des flash et déclencheurs sans fils Cactus, rien d’extraordinaire en l’occurence.

Photo Prod Ca sent le pâté : Détail dune photo de produit

Dernière étape, la retouche photo. Bien que la photo me convienne assez bien dans l’ensemble, il y’a quelques retouches nécessaires pour qu’elle soit visuellement plus attirante.

Au menu, retouche de la balance des blanc, retouches de quelques traces de découpe (de vilaines traces laissées par le couteau), un petit boost de la clarté et de la saturation. J’ai également assombri le décor, afin de faire ressortir la terrine, le tout en basculant la photo entre photoshop et lightroom.

Et voila le résultat après 2h de taf (photo et retouche) :

Final Ca sent le pâté : Détail dune photo de produit

Une photo qui colle assez bien avec les autres, et qui devrait me permettre de réaliser plus régulièrement ce genre d’actions. J’espère que ces infos vous donneront envie de faire de la photo culinaire, ou du moins vous aideront à mieux comprendre la gestion de la lumière. Et n’hésitez pas à commenter, critiquer, je suis toujours preneur de vos remarques ;-)

Participer 18 Comments

  1. Darth

    28 mars 2012 at 16:50 — Répondre

    C’est bien on dit qu’avoir des troll c’est un signe que la notoriété du site est grandissante! ^^

    • Julien B

      5 avril 2012 at 09:55 — Répondre

      au moins le blog ne laisse pas les gens indifférents

  2. Anne Onime

    28 mars 2012 at 10:54 — Répondre

    Vraiment minable ta tof !! change de job, laisse faire les pros !!

    • Julien B

      5 avril 2012 at 09:54 — Répondre

      Bonjour Anne, si toutefois cela est ton vrai prénom. Merci d’avoir au moins posé les yeux sur mon blog. J’aurais au moins aimé un commentaire un peu plus constructif. Que ma photo puisse te paraître minable ne me pose pas de problème, puisque le commanditaire de la photo était pour sa part content du résultat. Mais en quoi te pose t-elle problème ? Est-ce un problème d’éclairage ? de composition ? Est-ce simplement le fait que quelqu’un m’ait fait confiance, plutôt qu’a un autre ? Très sérieusement, j’aimerais avoir plus de détails. Comme je l’ai déjà dit ici, on apprends tout au long de sa vie, encore faut-il avoir des critiques constructives.

    • Critidos

      5 avril 2012 at 10:25 — Répondre

      Et depuis quand les pros ne font pas de photos minables ? :)

  3. Pingback: Revue de web de la photo mars 2012

  4. Julien B

    17 février 2012 at 10:52 — Répondre

    Olivier, il est vrai que les objectifs macro sont réputés pour leurs qualités et leurs piqués. J’ai vu beaucoup de photos réalisées au Canon 100mm macro, mais honnêtement n’importe quel objectif qualitatif peut convenir. Ici j’ai utilisé le Canon 70-200 L f/2,8 qui est très bon. J’attends le Tamron 90mm macro qui doit arriver sous peut, je ferai des tests, mais je doute que la différence soit visible à l’oeil nu ;-)

    Merci Pyrros !

  5. Pyrros

    17 février 2012 at 10:47 — Répondre

    Super article … il faut vraiment que je prenne le temps d’essayer ce type de photo

  6. DESSARD Olivier

    17 février 2012 at 10:41 — Répondre

    C’est intéressant de voir la genèse d’une telle photo, c’est très instructif. La photo culinaire, c’est très spécial. Juste une question, pour réaliser ce genre de photo il ne faut pas un objectif macro ? Sinon, bravo ! ah oui, j’aime bien la remarque de Sane79 sur le torchon à carreaux avec un damier rouge, le reflet des carreaux rouge et blanc sur le côté de la terrine eut été sympa peut-être.

  7. Darth

    17 février 2012 at 10:10 — Répondre

    Et bien au temps pour moi.

    Mais content de voir que mon astuce de la prise de vue sans flash soit toujours aussi efficace :mrgreen:

  8. Julien B

    17 février 2012 at 09:51 — Répondre

    C’est Sane79 qui a raison, d’ailleurs on peut le voir sur la capture d’écran lightroom. Au milieu se trouve une photo toute noire. C’est une photo prise alors que les flashs ne se sont pas déclenchés (interférence avec la télécommande sans fil). Du coup la fenêtre n’intervient pas dans l’éclairage. Merci Darth pour l’explication :smile:

    • sane79

      17 février 2012 at 11:06 — Répondre

      héhé, c’est qui le meilleur :mrgreen:
      sur la photo du setup, on voit bien que la fenêtre est bien loin et qu’il ne fait pas si beau que çà :razz:

  9. Julien B

    17 février 2012 at 09:22 — Répondre

    Merci eiffar, j’y travail !

    Merci Darth, j’espère qu’on aura l’occasion d’en rediscuter de vive voix, mais pas en plein hiver :lol:

    Merci Sane79 pour tes conseils post-article ;-) C’est vrai que la serviette a carreau aurait été adaptée, en plus j’en avais une sous le coude :oops:

    • Darth

      17 février 2012 at 09:37 — Répondre

      On va certainement organiser une petite sortie ce printemps!

      J’espère que tu seras des notre, histoire qu’on se voit avec un peu plus de chaleur que la dernière fois :lol:

  10. sane79

    17 février 2012 at 09:15 — Répondre

    Personnellement, je doute que la lumière de la fenêtre rentre réellement en compte dans la photo finale.
    Ensuite, comme je t’avais déjà dit, c’est dommage pour le coin blanc en bas à gauche, qui n’est pas trop compréhensible, surtout quand on sait qu’il s’agit d’un torchon blanc.
    Il aurait fallu à la rigueur une serviette à carreaux, afin de donné le côté authenticité « comme chez grand mère »

    • Darth

      17 février 2012 at 09:36 — Répondre

      Pour la fenêtre, au final tout dépend à quel point le sujet est proche de cette source.

      Comme je dis souvent à mes élèves, le bon moyen de savoir si une lumière autre que les flashs interfère sur le résultat est simplement de prendre une photo avec les réglages du boitier sans déclencher les flashs.

      Si la photo ressort noire, pas de problème, la source de lumière supplémentaire n’aura eu aucune influence.

      Si la scène est plus ou moins éclairée, la source de lumière aura influencé sur le rendu final.

      Je ne connais pas vraiment la configuration de cette prise de vue, mais à 1/125 F/9 si la fenêtre est à moins de 30cm et qu’il fait beau, il y a de bonnes chances que la lumière est influencée cette scène.

  11. Darth

    17 février 2012 at 09:12 — Répondre

    Superbe article comme j’aime les lire!

    On a toutes les étapes d’une prise de vu, bien expliqué, la classe!

    J’aime beaucoup le virage qu’à pris ton blog, mais ça tu le sais déjà :mrgreen:

  12. eiffair

    17 février 2012 at 09:09 — Répondre

    Article très complet et très instructif.
    On en veut d’autres !

Laisser un commentaire

Haut ^