Objectif, Tests 16/09/2011 2

Test produit : L’UGA Sigma 12-24mm DG HSM II

Voici quelques jours maintenant, que notre aimable partenaire Geek-Trend nous à prêté son objectif Ultra Grand Angle. Il nous a fallu un petit temps d’adaptation, pour voir la vie en large, très large, et surtout sur un boîtier plein format. Car ce sigma est, à ce jour, le zoom ayant le plus grand angle pour un capteur plein format. Présenté ici dans sa deuxième version fraîchement sortie des usines, nous avons testé le grand angle extrême pour vous.

Sigma 12-24mm HSM DG II

Caractéristiques :

Dimensions : 85 mm x 120 mm
Poids : 670 g
Angle de champ : 122° – 84,1°
construction : 17 éléments en 13 groupes, dont :
– 4 verres asphériques
– 1 verre SLD
– 4 verres FLD
Nombre de lamelles : 6
distance de mise au point min : 0.28m
Taux de reproduction : 1:6.4
Pare soleil en fleur inclut dans la construction de l’objectif

Sigma 12-24mm HSM DG II

Oui mais alors qu’apporte cette version estampillé « II » ? Ce nouveau Sigma 12-24mm est une mise à jour de l’objectif qui a longtemps été considéré comme l’un des favoris de la gamme depuis son apparition en 2002. Il a reçu une nouvelle lentille SLD (Special Low Dispersion) et quatre nouveaux verres “F” FLD (Low Dispersion) pour compenser les aberrations chromatiques, et améliorer la qualité des images produites. Les verres FLD possèdent un traitement haut de gamme, ayant des performances similaires aux verres fluorites. Cette mise à jour possède également une lentille hybride asphérique pour une qualité optimal, tout en réduisant la taille et le poids de l’objectif. Enfin cet objectif possède également une nouvelle couche SMC (Super Multi-Layer Coating) réduisant le flare et les artefacts, et la dernière motorisation HSM (Hyper Sonic Motor) rapide et silencieuse.

Sigma 12-24mm DG HSM II

L’objectif perd également son appellation EX, qui est la marque pro de Sigma. Choix étrange, puisque les spécificités de l’objectif n’ont pas tellement changés, se sont même améliorées. La rumeur voudrait que Sigma ne garde plus cette appellation que pour les objectifs à focale fixe. A suivre…

La construction de l’objectif et de bonne qualité. Exit le revêtement « peau de pêche » des objectifs EX. Ici nous sommes en présence d’un tube de métal et de plastique, loin de ressembler à un jouet, et avec une très bonne prise en main.

Sur le terrain :

Dans un premier temps, j’ai effectué les tests sur mon Canon Eos 50D, boitier à capteur APS-C. L’objectif se transforme en 17-35 (équivalent 24×36) ce qui est déjà très impressionnant. De 18 à 24mm, le range est connu pour la plupart d’entre vous, on se retrouve avec le range d’une optique de base, comprise par exemple dans le 18-55mm. La partie réellement intéressante correspond au 12-18mm. Il faut savoir que ces quelques millimètres, sur une longue focale, ne représentent pas grand, chose, pour exagérer cela représente une aile de mouche. Par contre en grand angle c’est le jour et la nuit, les quelques millimètres qui vous permettront par exemple de prendre une bâtiment entier sans faire de panorama, ou encore capter un paysage dans toute sa grandeur.

Paysage Jura

A 12mm on remarque bien sûr une déformation de l’image, l’objectif à cette focale offrant une vision à 122°. Ceci est pourtant bien moins présent que sur un objectif fish-eye (180°) et peut être corrigé en post production, si vous souhaitez conserver les perspectives originales. A 24 mm la déformation est beaucoup moins importante.

Notre Dame Dole HDR

Concernant le vignetage de l’objectif, il est très léger comparé au Sigma 8-16mm (APS-C uniquement) que nous avions déjà testé ici. A 12mm et f/4,5 il est légèrement visible. En fermant un peu d’un ou deux stop, f/8 par exemple, on arrive quasiment à le faire disparaître. Ceci est bien sûr réduit à 17mm puis à 24mm.

Chateau Chalon

Concernant la qualité des images produites par cet objectif, nous sommes en présence d’un bon produit. A 12mm son piqué au centre est très bon, bien qu’un peu mou sur les bords même à f/8. Ceci est très certainement lié à l’incurvation prononcé de la lentille frontale, et même à f/11, vous serez bons sur les bords, mais sans plus. Le résultat est de bien meilleure qualité à 17mm, avec un très bon piqué au centre, et des bords d’images bien plus agréables. En bout de course, à 24mm, le piqué baisse un petit peu en qualité, mais est homogène sur toute la surface de l’image.

Petit exemple avec ces photos brutes de cascade prises à 24mm f/14, puis à 12mm f/9 :

Cascade Herisson

Cascade Herisson 12mm

La motorisation HSM n’a plus rien à envier à celles des constructeurs, étant à la fois très rapide et silencieuse. Elle accroche bien, et ne patine presque pas à faible luminosité.
Notre Dame Dole extérieur
Sigma est également très fière de leur nouvelle formule FLD de ses verres. Nous avions déjà pu la qualité de ce traitement sur le 8-16mm, et c’est encore confirmé sur cet objectif. Très peu d’aberrations chromatique à 12mm, ce qui est un très bel exploit surtout sur un ultra grand angle. Elles disparaissent même au centre à 24mm, en restant peu visible sur les angles. Le flare est également très peu présent sur les photos, ce qui est relativement bien maîtrisé par le traitement apporté aux lentilles.

Sur le terrain en plein format :

N’étant pas équipé d’un boîtier plein format (APS), j’ai demandé à mon ami Matthieu Loizelet photographe amateur sur Dijon, de le tester quelques jours sur son Canon 5D MKII, et de me donner son avis sur cet objectif.

Le 12-24 est bien construit, compact et agréable, Sigma reste fidèle à ses (bonnes) habitudes.

Première impression : la démesure. Tout parait gigantesque à 12mm (ou très éloigné au choix) et c’est assez impressionnant. Un range inhabituel et plutôt sympathique qui permet d’évoluer dans des espaces exigus ou de mettre en valeur de grands paysages. A comparer avec le 10-20mm de la même marque (APS-C uniquement), les déformations sont toujours visibles, mais plus agréables, on a moins l’impression de faire de l’expressionnisme allemand.

Rue de Dijon

L’ouverture 4,5/5,6 est un peu légère, mais la cible étant très certainement les photographes paysagistes, l’usage d’un trépied comblera cette petite faiblesse. Le piqué est bon au centre, un peu mou sur les bords de l’image à pleine ouverture, mais sans être scandaleux. Dès qu’on ferme un peu (f/8), on récupère en partie la netteté sur les bords de l’image.

concert rentrée Dijon

Pas d’aberrations chromatiques à déplorer, et le nouveau traitement SMC, couplé au pare-soleil, est simplement incroyable, car même en plein soleil, les flares se font très discrets !

Notre dame de Dijon

Seul bémol au tableau : le prix… Le 12-24 reste un objectif casual à mon goût et personnellement, à ce prix-là, je préfère me tourner vers le Fisheye de chez Canon. Il à certes une utilisation différente, mais pour ce budget, le Canon me semble être de meilleur rapport qualité optique / prix.

L’impression de Matthieu est quasiment la même que la mienne, mis à part la focale de 12mm, qui est encore plus impressionnante. J’avoue rejoindre Mathieu sur le constat du prix.

Conclusion :

Cette nouvelle version du 12-24mm de sigma, bien qu’elle perde sa dénomination professionnelle (EX), a gagné en qualité. L’angle de vue à 12mm est simplement hallucinant, et cette caractéristiques à elle seule, permet de démarquer l’objectif de l’ensemble de ses concurrents sur le secteur de ultra grands angles.

Tavaux Solvay

Bien qu’un peu mou sur les bords à pleine ouverture, et présentant un léger vignetage, la qualité des images reste cependant de haut niveau, et ce Sigma 12-24mm permet de produire des clichés de très bonne qualité. Une petite attention toutefois aux photographes d’architecture qui seront déconcertés par les déformations présentes à 12mm. Sigma nous offre bien sûr l’unique 12-24mm compatible plein format du marché, mais est-ce que cela justifie un tel prix ?
L’objectif vient de sortir, laissons lui le bénéfice du doute, mais avec un prix avoisinant les 900 euros, il mériterait une baisse de prix d’une centaine d’euros, pour à mon avis rencontrer son public qui est encore à l’heure actuelle assez restreint.

Geek-Trend

Merci encore à Geek-Trend pour ce prêt, et si cet objectif vous intéresse vous pourrez le retrouver en monture Canon et Nikon à un prix attractif (et frais de port offerts) chez notre partenaire :

Sigma 12-24mm F4.5-5.6 II DG HSM (Nikon)

Sigma 12-24mm F4.5-5.6 II DG HSM (Canon)

2 Commentaires

  1. Christian

    17/05/2018
    Répondre

    Bonjour
    Une petite question ......... est il possible de mettre un filtre (j'en doute car c'est le lot de beaucoup d'uga ... mais pas tous) et quel est son diamètre
    Merci de votre retour

Vous souhaitez partager vos pensées ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires affichent *

Laisser un commentaire