A l’intérieur de Notre-Dame de Dole (et en HDR)

Non ici je ne vous parlerai pas d’un club échangiste, où l’on rentre dans une grosse dame sale, ou une sale grosse dame, au choix. Je vous parle de la collégiale Notre-Dame de Dole (ma ville pour ceux qui débarquent). Selon wikipédia, elle est de style Comtois/Gothique/Renaissance. T’as vu dans le 3-9, on savait mixer les styles dès le XVI ème siècle : Freestaïle reprèsent biyatch !

Notre Dame de Dole

Pour en revenir à cette photo, j’ai toujours attendu d’en savoir un peu plus sur le HDR, avant d’en faire une photo de l’intérieur. Parce que pour une fois, j’y vois un intérêt au HDR : Soit tu exposes pour les vitraux, et tout est sombre, soit tu exposes pour l’architecture, et tes vitraux sont cramés. C’est la dure loi de la photographie. Heureusement le bracketing est là pour nous sauver la vie.

notre dame de Dole intérieur

une des photos de la séquence en bracketing à +1 il

Cette photo n’aurait pas été possible sans l’aide mon ami Lyes qui me nargue depuis un petit bout de temps avec ses belles photos de bords de mer. C’est à l’occasion de ma photo de la semaine sur le thème de l’eau, que le débat s’est installé sur le résultat de mon traitement HDR, technique dans laquelle je débute (enfin un peu moins maintenant). J’ai donc mis à disposition les trois RAW issus de ma prise de vue.

notre dame de Dole HDR

HDR « brut » en sortie de Photomatix

Il s’est ensuite suivi une bataille de « qui ferait la photo au meilleure rendu », et la photo de Lyes est encore une fois sortie du lot. Après plusieurs semaines de cassage de pieds (pour être poli), nous (pour ne pas dire « Je ») avons réussi à le motiver pour nous faire un tuto sur ses techniques de post production. Et pour le coup, notre bonhomme à fait du très bon boulot. Ca se trouve sur le forum de Bokeh.fr et si vous souhaitez enfin faire des photos HDR qui ont un minimum de gueules, je vous recommande vivement d’aller chercher ses vidéos.

1 commentaire

  1. business daily

    13/09/2011
    Répondre

    Apres les avoir exposes sur le parvis on les accrochait au niveau des arcades de la nef ou du ch ur. .Ce sont surtout des objets datant des XIXe et XXesiecles qui sont exposes les pieces possedees anterieurement ayant ete en tres grande partie pillees detruites dispersees ou fondues a la Revolution..

Vous souhaitez partager vos pensées ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires affichent *

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.