I Soldier : L’autoportrait expliqué

Pour ceux qui me suivent sur les différents réseaux sociaux, vous aurez  remarqué que j’ai changé d’avatar depui peu. C’est un autoportrait réalisé dans mon petit studio « maison » (voir l’article précédent), puis retouché avec les conseils de mon ami Christophe Bailleux.

Mais tout d’abord la photo originale :

 

1 original I Soldier : Lautoportrait expliqué

Premièrement vous allez me dire que la photo est sombre, qu’elle est en paysage, qu’elle est … Dites bien ce que vous voulez je vais vous expliquer. Pourquoi ne pas avoir mieux exposé dès la prise de vue ? pris une autre image ?

L’autoportrait a ses contraintes, avec lesquels il faut jouer, et surtout être patient. Lorsque vous prenez vos photos, il faut régulièrement faire des allers-retours vers l’appareil photo, afin de vérifier l’histogramme, l’exposition, si la zone de netteté est au bon endroit. C’est un exercice qui peut être laborieux, mais surtout chronophage.

Pourquoi avoir choisi cette photo ? J’avais d’autres clichés mieux exposés, mais c’est l’expression qui n’était pas bonne, et une fois la carte déchargée dans l’ordinateur, on se retrouve avec beaucoup de déchets. Pour autant grâce à la puissance des logiciels actuels, cela ne m’a pas fait peur, la photo est tout de même exploitable.

lighting diagram I Soldier : Lautoportrait expliqué

Un peu plus de détails sur la prise de vue ? Voici le diagramme de la prise de vue, à peu de choses près.

- Pour les 2 flashs à l’arrière, j’ai utilisé deux flash cactus KF36 à 1/16 de leurs puissances. Ils sont les plus puissants et correspondent à ma source de lumière principale.

- En face de moi, a environ 50 cm au dessus de l’appareil photo, se trouve 1 flash Canon 430EX à 1/64 dans une softbox de  60x60cm.

- Enfin j’ai également utilisé un réflecteur argenté de 90cm, tenu a la main pour déboucher l’ombre du menton sur le cou, qui est provoqué par la softbox placée en hauteur. Je le tenais à la main à environ 45 degrés, un peu comme les femmes sur la plages pour se faire bronzer le visage blank I Soldier : Lautoportrait expliqué

Pour les réglages de l’appareil photo, je suis à une vitesse de  1/80 pour 100 ISO, ouverture de f/5,6 à la focale de 39mm (objectif 17-50mm f/2,8 VC Tamron). Pour avoir une meilleure exposition, j’aurais pu descendre ma vitesse d’obturation a 1/60, voir 1/40 de secondes, ce qui m’aurait permit de ne pas avoir a trop ré-exposer numériquement.

2 avant retouche ps I Soldier : Lautoportrait expliqué

Après passage sous lightroom, j’ai commencé à retoucher l’image, en passant par la correction d’exposition, premier point a reprendre. Ensuite j’ai effectué un premier travail de retouche sur le visage, afin de cacher la misère faire un premier nettoyage de peau et des reflets disgracieux. Puis une fois que mon image est assez neutre (ci-dessus) passage de la photo sous photoshop pour un vrai travail de retouche.

Au menu, nettoyage de la peau, retouches locales, effacement des cernes, augmentation du contraste et de la netteté, augmentation des détails sur la barbe, les cheveux, blanchiment des yeux … 1h30 de travail sur l’image. En même temps je découvrais un peu ces techniques avancées de retouches, j’ai donc pris mon temps. Ne vous affolez pas, avec un peu d’exercice, il est largement possible de réduire ce temps de moitié, voir encore moins. Ces retouches ont été faites à l’aide de techniques assez répandues dans le milieu de la mode et du portrait.

Puis retour sous lightroom, où j’aime peaufiner l’exposition et le cadrage, parfois de quelques millimètres. Tout ceci pour arriver à l’image finale suivante :

240412 I Soldier 17 Modifier 400x600 I Soldier : Lautoportrait expliqué

Le résultat me plaît assez. Pour autant Christophe dont je vous ai parlé plus haut, à profité d’avoir ma trogne sous la main pour réaliser une série de tutoriels sur la retouche assez complète. Il a un résultat encore plus propre, et si vous êtes intéressés par la retouche et photoshop, je vous invite à lire la suite de cet article chez lui : www.cbphoto.fr – Retouche beauté d’un portrait masculin

Installer un studio photo à la maison

Installer un simple studio chez soi peut être extrêmement bénéfique pour tout photographe inspiré. Que vous soyez un portraitiste professionnel ou un designer ayant besoin de photos de produits, un studio « maison » vous offre un endroit où travailler, expérimenter et apprendre de nouvelles techniques, ceci dans de bonnes conditions. Vous trouverez quelques conseils à prendre en compte lorsque vous créerez votre espace.

La pièce

La première chose à prendre en compte est bien évidemment l’espace dans lequel vous allez vous installer. Vous allez devoir vider le garage, ou convaincre votre femme (non je ne suis pas sexiste) de libérer la chambre d’amis qui ne sert que quatre fois par an.

Idéalement, vous voudrez une grande pièce qui vous permettrait d’y installer tout votre matériel, tout en ayant assez de place pour vous déplacer librement. Malheureusement, la réalité est bien différente, et votre maison ou votre appartement sont probablement déjà bien remplis sans studio. Vous devrez donc faire face à votre claustrophobie et vous adapter à l’environnement qui pourra être utilisé.

1723749566 035bb0296e z1 620x412 Installer un studio photo à la maison

Credit @ Steve Cherrier

Si vous le pouvez, choisissez une pièce dans laquelle vous pouvez contrôler la lumière qu’elle soit naturelle ou non, et ceci peu importe le moment de la journée. La lumière naturelle peut être super si votre pièce contient une fenêtre, mais vérifiez si vous pouvez l’obstruer de manière à ce que la lumière n’interfère pas en shooting avec votre éclairage artificiel.

Un point important est également de prévoir une pièce correctement isolée, surtout si vous y stockez du matériel en permanence. Je ne pense pas que le cabanon au fond du jardin soit suffisant pour protéger votre matériel pendant des heures a 30° l’été, ou à -10° l’hiver (-13° cet hiver chez moi) . De plus si vous prévoyez de faire une prise de vue pour des maillots de bains, dans un garage non chauffé au mois de décembre, soit réellement agréable, ni pour lui/elle ni pour vous.

Dernier point à étudier, et l’isolation phonique. Si vous ne faites que des produits ou natures mortes, n’importe quelle pièce fera l’affaire. Si vous souhaitez faire plus que de la photo, comme de la vidéo par exemple (ou tuer des gens comme Dexter) essayez de choisir une pièce éloignée d’appareils bruyants (machine à laver, fenêtre sur la cour d’un restaurant …). Vous pourrez alors vous tourner vers des solutions d’isolation.

Sinon il vous reste la possibilité de pousser les meubles du salon à chaque fois que vous avez besoin d’espace, mais croyez-moi cela ne durera pas longtemps.

Les fonds de studio

410183047 8aab220c8d z 620x413 Installer un studio photo à la maison

Credit @ koesbong

Tous les studios ont au minimum quelques fonds pour habiller l’arrière plan des photos. Cela peut être intéressant d’éviter les fonds clichés des anciens studios (mousseline en teintes de bleus par exemple) et préférez plutôt des fonds simples. Des couleurs unis bien entendu ou alors un fond à motif ou à texture restant discrets.

Les fonds peuvent être de plusieurs variétés tels que la mousseline (coton en réalité), velours, vinyle ou même simplement en papier. Les premiers prix sont bas, mais attendez vous a dépenser entre 80 et 200 euros pour des fonds intéressants et de qualité. Pour ma part j’ai commencé (et je continue d’ailleurs) avec les fonds « tupplur » venant d’une chaîne de magasin à connotation suédoise. Ils sont grands (plus de 2m de large), et vraiment pas cher. Pratique pour débuter.

2840239515 52de0cbff1 b 620x411 Installer un studio photo à la maison

Credit @ adamrhoades

N’oubliez pas non plus de penser à fixer votre fond. Vous pouvez soit les accrocher (punaiser/scotcher/agraffer …) soit les utiliser sur un support. Les plus bricoleurs d’entre vous pourront en fabriquer un (à voir chez Bokeh.fr par exemple) ou bien acheter un vrai support de fond. Mon support est composé de deux trépieds d’éclairage lestés par des poids, et une barre de fer (LA barre de fer) trouvée sur ebay. Au final pour 130 euros vous avez un fond et son support, pratique pas cher, à vous les premiers portraits.

L’éclairage

L’éclairage est certainement le point le plus compliqué, et coûteux à prendre en compte pour la mise en place de votre aire de jeu. Il y’a essentiellement deux types d’éclairage : Lumière continue et flash. La lumière continue est moins chère, mais elle chauffe énormément et n’est pas aussi malléable que les flashs. Avec un flash vous pouvez avoir énormément de puissance, une meilleure qualité de lumière (température) et une offre bien plus importante.

Le mieux est de commencer avec un kit de base, généralement composé de une à deux sources de lumière, associés à quelques modeleurs comme une boite à lumière, un parapluie et/ou un bol réflecteur. Cela vous reviendra à quelques centaines d’euros, mais ne négligez pas ce point. Sachez que ce budget peut vite dépasser les 2000 euros si vous optez pour du matériel de haute qualité (ainsi que de multiples accessoires).

4297687363 baa1edae35 b 620x412 Installer un studio photo à la maison

Credit @ christianyves

Deux ou trois flashs sont une bonne base de départ. Cela vous permettra d’obtenir d’excellents résultats dans la plupart des cas, peut importe le style de photographie que vous souhaitez réaliser. Et si le besoin s’en fait sentir, vous pourrez compléter votre équipement au fur et à mesure. Privilégiez les marques connues comme Elinchrom, Multiblitz, Profoto… Elles sont gages de qualité et de sécurité, et il serait dommage de mettre le feu à votre studio nouvellement installé.

Il existe également une troisième solution, pour les moins fortunés d’entre-vous qui consiste à utiliser plusieurs flashs cobras, ce que vous connaissez maintenant sous le terme de Strobist (ou strobisme en français). Le gros avantage réside dans sa mobilité, et son faible coût pour peu que vous travailliez totalement en manuel. Cependant les batteries se vident à une vitesse incroyable, les temps de recyclages sont longs et vous n’obtiendrez jamais la puissance d’un vrai flash de studio. Cependant c’est un bon départ pour apprendre à travailler en lumière artificielle.

Parapluies ou boites à lumière ?

En regardant les kits d’éclairages, vous vous êtes certainement demandés quel matériel choisir entre un parapluie et une softbox pour votre studio. Quel est le meilleur ? Il n’y a pas de réponse miracle à cette question. Chacun de ces accessoires a ses avantages et inconvénients, mais ils filtrent de manière équivalente la lumière : elle est plus douce, et les ombres sont moins marquées.

Les parapluies sont généralement moins chers et plus pratiques à transporter. Ceux argentés ou dorés réfléchissent la lumière, qui sera alors réfléchie sur votre sujet, agrandissant la zone éclairée, tout en perdant de sa puissance au passage. Les parapluies blancs vous permettront de diffuser la lumière de votre éclairage en étant pointés directement sur votre sujet. Dernière chose les parapluies sont bien plus rapides et pratiques à mettre en place que la plupart des softboxs.

421704046 1b8ae4043e b 620x413 Installer un studio photo à la maison

Credit @ Chris Lim

Les boîtes à lumière sont un peu plus chères, mais vous permettront de mieux contrôler la direction de la lumière. Elles sont parfaites lorsque vous photographiez un seul sujet, ou que vous travaillez dans de petits espaces. Elles produisent également moins de lumière parasite, celle-ci étant canalisée par la boite.

La plupart des professionnels aiment avoir quelques exemplaires des deux, pouvant ainsi répondre à toutes les contraintes de la photo. Mais si vous démarrez ou que vous avez un petit budget les parapluies feront parfaitement l’affaire.

Costumes et accessoires

Un point qui peut réellement jouer en votre faveur dans la réalisation d’un studio, est d’avoir quelques accessoires plus ou moins comiques pour agrémenter vos shootings. Se faire tirer le portrait peut être ennuyeux voir laborieux pour la plupart des gens et leur proposer quelque chose de décalé peut être une bonne idée pour détendre l’atmosphère.

Même le modèle le plus ennuyeux peut devenir intéressant avec des lunettes géantes ou une fausse moustache. Essayez d’avoir autant de possibilités que possibles : Une batte de baseball, un livre, de fausses lunettes, un costume années 70, des jouets pour les enfants…

41533393 2c9499274f b 620x361 Installer un studio photo à la maison

Credit @ Mr. Wright

Même si le but final de votre photo est une photo sérieuse, commencer avec quelques accessoires peut encourager votre sujet à se relaxer, vous obtiendrez ainsi des portraits bien plus efficaces.

Si vous avez de la place, vous pouvez également penser à acquérir d’autres accessoires comme des meubles, ou un peu de décoration facilement déplaçable de votre studio. Tout ce qui peut apporter des détails dans votre photographie est important tant pour l’image, que pour votre créativité en tant que photographe.

Les priorités

Il n’y a pas de limites à ce que vous pouvez apporter dans votre studio, mais avant de penser a installer un minibar et un écran plat, pensez aux choses dont vous avez absolument besoin, comme acheter un ou deux trépieds stables pour vos éclairages. Vous aurez également besoin de rallonges, et peut être bien un onduleur pour protéger tout votre équipement.

Si vous utilisez des flashs, investir dans un déclencheur sans fil peut être vraiment très pratique, vous permettant de vous déplacer librement dans l’espace. Enfin un tabouret ou un petit escabot vous permettra de prendre de la hauteur pour certaines prises de vue, ou tout simplement accrocher votre fond de studio, ainsi qu’un rideau pour les gens souhaitant se changer, et quelques petits miroirs pour le maquillage de dernière minute.

Le coût de cela peut bien évidemment gonfler à mesure que vous agrandissez votre liste de courses. Vous pouvez investir au fur et à mesure que votre budget le permet, de nombreux photographes mettent des années avant d’avoir un studio respectable et respecté. Soyez également conscients qu’investir dans un loisir ne vous rapportera pas d’argent, et si vous souhaitez réellement vous investir, la question de devenir professionnel va vite se poser à vous. En étant payé pour vos photos, ce que je vous souhaite en ces temps difficiles, vous pourrez récupérer votre mise de départ et réinvestir dans du nouveau matériel.

Un grand merci à Fabrice (www.instantsdunevie.fr blank Installer un studio photo à la maison pour la relecture et la correction de l’article.

Source

Test Produit : Le sac The Heralder 38

La gamme de sacs « The Heralder » conçue par Vanguard correspond aux sacs d’épaule (ou besaces) pour les photographes toujours en déplacement tels que les journalistes, les photographes événementiels, de mariage, etc… Avec le système d’accès rapide par le haut, vous ne manquerez plus le moment important à cause d’un appareil photo peu accessible.

240412 Heralder 38 16 Test Produit : Le sac The Heralder 38

The Heralder est conçu avec un intérieur entièrement personnalisable et convertible. En retirant la poche intérieure, entièrement capitonnée et modulable grâce à ses séparations détachables, vous pourrez vider votre sac de son matériel photo, et grâce à ses 4 velcro le transformer en sac de voyage, très pratique au quotidien.

The Heralder 38 6 Test Produit : Le sac The Heralder 38

L’autre caractéristique importante du sac est un ingénieux système de transport de trépied, souvent manquant sur les sacs d’épaule. Ceci est parfait pour les journalistes photo amenés à faire également de la vidéo. Un trépied peut facilement se glisser dans cet espace et être solidement fixé au sac.

The Heralder 38 7 Test Produit : Le sac The Heralder 38

Les autres caractéristiques comprennent une sangle d’épaule très confortable, permettant une répartition de charge de manière uniforme sur l’épaule, un compartiment dédié à un ordinateur portable (jusqu’à 15″) ou à une tablette tactile, de multiples pochettes de rangement pour votre petit matériel (câbles, cartes mémoires, cache d’objectifs, etc.).

240412 Heralder 38 14 Test Produit : Le sac The Heralder 38

Les coutures et la finition sont de très bonne qualité, et petite touche fashion, les modules de séparation oranges sont très pratique pour repérer d’un coup d’œil où se trouve tel ou tel objectif (de plus c’est assorti au blog blank Test Produit : Le sac The Heralder 38 ). Bon à savoir également, le sac est compatible avec le système ICS de Vanguard, permettant de transformer le sac d’épaule en sac à dos. C’est relativement intéressant pour celui qui ne veut pas switcher d’un sac à l’autre. Néanmoins une sangle supplémentaire est fournit pour renforcer la tenue du sac, à la manière de la série Slingshot chez Lowepro.

240412 Heralder 38 11 Test Produit : Le sac The Heralder 38

Quelques petits détails techniques très appréciables sont également présentes, comme une protection pluie « rain cover » protégeant complètement le sac en cas de forte averse, des fixations de transport pour le glisser sur une valise a roulette, et à l’intérieur, une petite sacoche amovible pour y placer ses accessoires (piles, câbles, couteau suisse …) ainsi que plusieurs poches de rangements pour vos papiers et cartes de visites.

Dimensions intérieures (H x L x P): 380 x 160 x 280 mm

Dimensions extérieures (H x L x P): 470 x 270 x 350 mm

Poids (g): 1,800

Capacité: 1 à 2 reflex avec grip, 5 à 6 objectifs (jusqu’à 300mm f/4) + Ordinateur portable jusqu’à 15″, accessoires et trépied

240412 Heralder 38 18 Test Produit : Le sac The Heralder 38

Récemment récompensé aux TIPA, ce sac sortie fin 2011 reste un excellent choix pour le photographe urbain toujours en mouvement. Pouvant y fourrer tout mon matériel photo, ce sac est vraiment pratique, et semble fabriqué pour durer. Il est disponible chez miss numérique via ce lien : VANGUARD sac photo The Heralder 38, et merci à Vanguard pour le Test.

240412 Heralder 38 7 Test Produit : Le sac The Heralder 38

Le chemin

010412 Breizh PC 139 400x600 Le chemin

Petite photo sans prétention prise lors du Breizh photo camp, aux abords de Paimpol. Et oui ce n’est pas parce qu’on est en Bretagne qu’on est obligé de prendre des rochers et la mer en photo. j’aime assez le calme et la simplicité qui se dégagent de ce cliché. En tout cas c’est plus agréable que de regarder la pluie tomber derrière la fenêtre de mon bureau !

Un week-end en Bretagne avec Christophe Garnier

Après quelques mois d’absence dans cette rubrique, voici le grand retour des rencontres avec l’interview Christophe Garnier, organisateur du Breizh photo camp auquel j’ai participé. Également connu sous le pseudo @Catfishs sur twitter, c’est l’un des photographes incontournables et hyper actif du world wide web.

Nous échangeons depuis pas mal de temps, et après une brève rencontre au dernier salon de la photo, le BPC (Breizh Photo Camp) était l’occasion de mieux le connaître. Voici donc l’occasion d’en apprendre plus sur lui.

020412 Breizh PC 81 Un week end en Bretagne avec Christophe Garnier

- Christophe peux tu te présenter ?

Je suis un bon vivant qui aime s’amuser, profiter des bonnes choses, parfois trop bavard et breton d’adoption depuis septembre dernier. Ah oui j’oubliais, je suis aussi photographe indépendant.

- D’où viens ta passion pour la photographie ?

En fait j’ai toujours fait de la photo depuis mon plus jeune âge, je passais pas mal de temps avec mes grands-parents qui n’arrêtaient pas d’en faire. Mais le déclic est venu bien plus tard grâce à un de mes amis qui m’a fait découvrir les joies du N&B. Ensuite tout s’est enchaîné jusqu’à reprendre des études en passant par les Gobelins à Paris. Depuis 1996, je n’ai pas quitté le monde de la photo en étant tireur-filtreur et vendeur spécialisé. N’ayant plus grand chose à découvrir dans ces deux milieux et surtout parce que j’ai eu l’envie de mettre en avant mes projets, je décide en 2008 de me mettre à mon compte en ne faisant que du reportage.

- Tu es photographe à temps plein, peux tu nous donner ton point de vue sur ce métier ?

C’est un métier difficile, il ne faut pas croire que tout est super cool et génial. En fait, je passe mon temps à démarcher, à me battre pour de gros contrats mais c’est aussi par choix et ce mode de vie me convient bien. Je ne roule pas sur l’or mais je vis bien mieux qu’auparavant donc je ne regrette absolument rien. Il faut être passionné mais il faut surtout avoir la tête sur les épaules et ne pas se lancer la tête dans le guidon sous prétexte de savoir déclencher sur un bouton.

Anne Sophie web Un week end en Bretagne avec Christophe Garnier

Séance portrait sur le thème des années 30 et 40.

Il faut aussi un moral d’acier, se remettre en question tout le temps et être vraiment motivé. Bien sûr il faut connaître son domaine, savoir bien utiliser son matériel et être un très bon commercial. Pour preuve, depuis quasiment deux mois, je me bats pour un très gros contrat et rien n’est encore joué ! Je fais tout pour le remporter car cela m’ouvrirait des portes et m’apporterait une très belle expérience supplémentaire. Il faut savoir se battre et ne rien lâcher pour certaines opportunités qui ne se présentent pas souvent. Un pont important, il faut rester positif !

- Quel est ton matériel de prédilection ?

J’ai commencé la photo sur du matériel Canon et depuis je continue avec cette marque qui m’apporte satisfaction. Je travaille actuellement avec un Canon 5D MkII même si je regarde de près la version III qui vient de sortir et qui me fait de l’œil. Pour les optiques, je délaisse de plus en plus mes zooms 24-105mm et 70-200mm pour privilégier mes focales fixes comme le 50mm ƒ1.4 et surtout mon 135mm ƒ2 qui est magique. En, fait j’utilise les zooms sur certaines prestations sportives.

Je n’utilise pas trop d’accessoires, j’aime photographier en lumière naturelle le plus simplement possible. Je peux sortir un réflecteur de temps à autre mais pas plus que ça. J’ai quand même du matériel de studio Elinchrom pour des séances en intérieur lorsque cela est nécessaire.

- Quel est le type de photo que tu pratiques le plus ?

Je t’avoue que depuis mon arrivée en Bretagne, je fais de plus en plus de paysage. Je n’ai pas de type en particulier. J’aime justement toucher à plusieurs styles, ça évite la monotonie et te permet d’apprendre toujours et encore.

BPC 2 web Un week end en Bretagne avec Christophe Garnier

J’aime ça et dès que je peux être sur une prestation totalement nouvelle pour moi, je deviens dingue tellement j’ai hâte de la réaliser. J’ai pratiqué la photo sportive de haut niveau pendant pratiquement 10 ans (athlétisme, escrime, MX, VTT) mais je m’en suis lassé, alors je me suis tourné vers le mariage, le portrait, le nu, le studio, les concerts de temps en temps, etc… Depuis l’an dernier, je reviens petit à petit dans le monde du sport avec le plus grand plaisir. J’avais besoin de changement donc je vie ce retour aux sources nettement plus agréable avec en plus un œil nouveau.

- Comment procèdes-tu, a quoi penses tu en premier lorsque tu déclenches ?

Je procède le plus simplement possible. Sur le sport, je passe du temps sur les entraînements pour bien analyser, comprendre et savoir ce qu’il serait bon à avoir en images. Sur le portrait, mariage ou nu par exemple, j’ai des idées bien précises de ce que je veux faire avant les séances donc j’explique aux modèles ou aux couples ce que je recherche. La plupart du temps je me mets en situation, c’est bien plus simple et assez drôle dans certains cas (rires) ! Bref je sais déjà ce que je veux avant de déclencher. Il faut être observateur et avoir ses idées ensuite il n’y a plus qu’à.

- Quelle est ta source d’inspiration ?

Internet est une source d’inspiration infinie, je passe du temps à regarder de sublimes photos venant du monde entier et je me dis parfois que je pourrai mettre en œuvre certaines d’entre elles mais à ma sauce, avec mon style et mon traitement. J’évite le copier/coller de style qui selon moi n’apporte pas grand chose. Bien sûr j’ai aussi mes propres idées et projets dont certains que je dois mettre en place.

- Tu as organisé le premier Breizh photo Camp, peux tu nous parler un peu de cette idée, et verra-t-on une 2eme édition ?

L’idée est venue d’une discussion sur Twitter entre @YvesLyon, @hankyoo et toi si mes souvenirs sont bons. Nous discutions d’une rencontre entre nous autour d’une session photo. C’est à ce moment que je me suis dit qu’il fallait organiser cette fameuse rencontre pour faire découvrir ma région à force de présenter mes photos de paysage et d’entendre dire que les lieux photographiés donnaient envie d’y être. En une nuit, l’idée est passée d’envie à réalité.
Je t’avoue que ça parait simple mais ça représente beaucoup de boulot, de temps et de pression pour ne pas décevoir les participants venant d’un peu partout de France. Comme avec @Thunacat nous aimons faire plaisir à nos invités, je t’avoue que nous avons mis les petits plats dans les grands pour ces bons moments de plaisir partagés.
Tu as fait parti des participants et je pense que tu n’es pas prêt d’oublier ce Breizh Photo Camp !

temps%20de%20pose %23BPC web Un week end en Bretagne avec Christophe Garnier
Est-ce qu’il y aura une suite ? Nous y réfléchissons car organiser un tel événement à un coût assez élevé. Pour l’heure, nous étudions une éventuelle seconde édition, qui sera de toute façon, toujours aussi limitée en nombre de participants. Mais je crois que l’idée a plu à d’autres personnes et il est fort probable que ça s’étende sur d’autres régions françaises. Affaire à suivre…

- Quel serait ton conseil à un photographe débutant ?

Je lui dirai de passer du temps sur le terrain, d’apprendre la lecture de la lumière, d’apprendre à utiliser son matériel à fond, de se satisfaire de ce qu’il a plutôt que de passer son temps à changer tout le temps et surtout de passer moins de temps sur les forums à bouffer de la théorie. Et puis ce n’est pas parce qu’on a un boîtier à 6000€ qu’on sera meilleur. Il faut aussi avoir ses propres idées, se faire plaisir, avoir l’esprit ouvert et accepter de se faire critiquer à tout va, c’est toujours formateur et ça permet d’avancer.

- Qu’attends-tu de la photographie dans les 10 prochaines années ?

Alors là tu me poses une colle ! Je me souhaite surtout d’être toujours photographe indépendant et de continuer à satisfaire mes clients. Je pense que c’est le plus important pour moi. Pour le matériel, il évoluera toujours plus vite et l’avenir nous réservera de belles surprises.

TTM Un week end en Bretagne avec Christophe Garnier

Ce cliché représente mon retour dans le monde de la photo sportive.

- Quelque chose a ajouter ? Quelqu’un à remercier ?

Je tiens à te remercier pour cette interview, je remercie ma femme qui croit en moi depuis le début (elle reste ma principale ma source de motivation), pour finir, je tiens à remercier Troy Keiper, le chanteur compositeur du groupe américain There Is No Sin d’avoir fait appel à moi pour réaliser un de mes plus grand rêve, à savoir la pochette d’un album.

Merci à toi d’avoir quelques minutes pour répondre à cette interview. Pour ceux qui souhaiteraient rencontrer l’animal, le rendez-vous est donné au salon de la photo 2012, alors inscrivez-vous au twitt apéro(sur le site de Twunch), et vous aurez peut être l’occasion de le croiser.

En attendant vous pouvez découvrir son site fraîchement lifté et amélioré : Captures Digitales

Vespidae

080412 Back Shoot Chickadee 80 620x413 Vespidae

J’ai réussi a capturer il y’a quelques jours cette guêpe, ou vespidae de son nom scientifique. Tandis qu’elle se déplaçait super lentement sur un cordon, j’ai chaussé mon objectif macro pour essayer quelques clichés. Etant en intérieur, j’ai utilisé la plus grande ouverture focale possible (f/2,8) pour garder une vitesse d’exposition confortable (au dessus de la vlt). Si j’avais eu un trépied, ou même un monopod, j’aurais bien essayé de fermer un peu, car déjà à 1600 ISO c’était limite.

La macro est un style, une technique, qui n’est pas si simple à dompter. Surtout avec une profondeur de champs si petite,  j’ai encore du mal à comprendre les superbes clichés d’insectes en vol réalisés avec le même matériel que le mien.

Enfin c’est un bon premier début, et je file regarder sur le net les bons conseils pour réaliser de vrais belles macros !

Le changement c’est maintenant !

Sur ce titre ravageur, pure création intellectuelle (je devrais peut être faire de la com tiens blank Le changement cest maintenant ! blank Le changement cest maintenant ! je prends un peu de temps pour vous expliquer ce qui se passe par ici. J’ai tout simplement décidé d’arrêter mon activité professionnelle d’artisan-photographe (auto-entreprise) après seulement quelques mois. Exit les mariages, les portraits, les baptêmes, les …

Certains diront que c’est prématuré, d’autres que c’est un abandon face à l’adversité, quand bien même mon activité n’a pas encore réellement démarré. Alors pourquoi cette décision brutale ? Tout simplement parce que ce n’est pas ce que j’attends de la photographie, en tout cas pas ma vision de la photographie. Pour autant ne vous inquiétez pas, je n’arrête pas la photographie, je me suis bien assez plongé dedans pour décrocher comme ça sans un merci, ni un au revoir.

Non, j’ai simplement décidé de changer de statut, en choisissant l’alternative Auteur / photographe. A bien y réfléchir, lorsque j’ai débuté dans le graphisme, mon souhait était que les gens apprécient mon travail, pour ce qu’il est, pour ce que mon esprit est capable de réaliser. Lorsque j’ai dévié sur la photographie, c’est ce sentiment que je souhaitais continuer de développer, et que je ne trouve pas dans la photo dite « sociale ».

 MG 5161 Le changement cest maintenant !

Credit @ Christophe Garnier

Pour autant je ne veux pas dénigrer les photographes de mariages, il y’a des pros qui font cela très bien, certains sont même de bons contacts, et arrivent à apporter leur touche, leur art au service des clients. Sinon toutes les photos de mariages se ressembleraient non ? Je ne souhaite pas non plus faire ma star, et me considérer comme un artiste, chose que je n’ai pas la prétention d’être. En tout cas le chemin est long avant d’avoir une petite reconnaissance.

Cela s’est également conforté par deux projets qui sont actuellement en cours de réalisation, et qui ont pour but d’être publiés et proposés au delà de la « simple » (car ça ne l’est jamais) demande de clients.

Enfin voila pour ce qui est de la partie professionnelle de ce site, qui devrait opérer sa transformation dans les semaines à venir, en fonction de l’administration française. Pour autant le blog lui continue son petit bonhomme de chemin : Tests, actu, conseils, et un peu de photo aussi !

Euh il est où le formulaire p0i ?? blank Le changement cest maintenant !

Manuel d’éclairage photo

Le Manuel d’éclairage photo proposé par Eyrolles est un livre que tout prétendant photographe doit avoir ! Ce manuel décortique la lumière et les principes physiques qui la régissent afin d’aider chaque photographe à créer et maîtriser l’éclairage qui lui convient, ou du moins le plus adapté à son sujet. Il me semble en avoir déjà parlé ici, ou en tout cas sur bokeh.fr, mais je profite de la sortie de cette nouvelle édition pour vous en parler plus sérieusement.

160412 manuel Eclairage 3 Manuel déclairage photo

Cet ouvrage vous propose un apprentissage progressif dans le domaine de la lumière. Tout au long des 230 pages composant cette bible, vous aurez l’occasion d’apprendre le cheminement physique de la lumière, et la manière dont le sujet reçoit et retransmet la lumière, éviter les reflets parasites, mettre en valeur les textures, jouer avec les ombres pour donner du volume ….

Un livre des plus complets, dont le travail de traduction de René Bouillot (qu’on ne présente plus dans le milieu de l’édition) est fort apprécié. Le Manuel d’éclairage photo vous évitera bien des heures de recherches et de tests pour trouver le bon éclairage, le bon accessoire, la technique qui fonctionne pour un sujet précis.
160412 manuel Eclairage 6 Manuel déclairage photo

Toutes ces techniques, enrichies de nombreux cas pratiques, vous apprendront à construire votre éclairage, du plus simple au plus élaboré, et à maîtriser les surfaces complexes (métal, verre, vernis) mais aussi les reflets, l’exposition, l’équilibre entre rendu du sujet et celui du fond… Cette nouvelle version apporte sont lot de corrections, beaucoup de photos ont été remplacé par de nouvelles au goût du jour, et quelques paragraphes, notamment sur le portrait, ont été réactualisés et agrémentés de nouveaux conseils.

160412 manuel Eclairage 7 Manuel déclairage photo

Destiné aux étudiants en photo, aux pros ou aux photographes amateurs, ce livre pédagogique donne les clés pour s’offrir les secrets de l’éclairage et apprendre à maîtriser la lumière en toutes circonstances. Si toutefois vous possédez la première édition, il n’y a pas d’intérêt de la renouveler, vu le peu de différences. Pour rappel « Photographie » signifie « écrire avec la lumière » alors pourquoi ne pas lire la bible ! Vous pouvez le commander directement sur la libraire Eyrolles, en suivant ce lien.

Logo eyrolles 300 Manuel déclairage photo

Les forges de Pesmes

Voici une petite série de proxi-photos et macro-photos réalisée aux forges de Pesmes. De ce lieu étaient produit des pièces d’armement qui servirent au marché Lyonnais et à l’arsenal de Toulon. Bon c’était au 17ème siècle, ne vous inquiétez pas, on ne va pas encore envahir la France avec nos saucisses de Morteau et notre vin jaune.

080412 Urbex Pesmes 14 620x413 Les forges de Pesmes

Aujourd’hui les forges ont été transformées en musée, afin de sauvegarder les connaissances sur les techniques industrielles anciennes. Le lieu lui même accueil également un petit théâtre, ainsi que divers activités culturelles pour les habitants des alentours.

Qu’est ce que je foutais là-bas allez-vous me dire ? Et bien j’assistais mon ami Mathieu sur un shooting pour la troupe de théâtre/chant/comédie : Chickadee. Entre deux support de réflecteur, et trois portage de flash, j’ai traîné mon œil dans les forges, à la recherche de clichés très industriels, limite urbex (du débutant).

080412 Urbex Pesmes 25 400x600 Les forges de Pesmes

Pourquoi encore et encore du noir et blanc ? Cette fois-ci c’est une demande puisque certaines de ces photos vont être utilisés pour décorer la maison d’un ami. Sur sa demande, j’ai traité les photos pour qu’elles approchent de son souhait. Mais il est vrai que j’aime de plus en plus le noir et blanc pour ce qu’il est capable d’apporter en contrastes et matières. Je ne dis pas que la couleur n’apporte rien, elle n’apporte tout simplement pas le même message, et le noir et blanc me semble plus brut, plus direct dans la manière d’introduire le sujet au regard du spectateur. La suite des photos est juste en dessous.

Bon vendredi 13 !

020412 Breizh PC 38 620x413 Bon vendredi 13 !

Vous commencez à le savoir, c’est une tradition de publier un petit quelque chose en ce jour, car chez 13-Design, on aime le 13 (oui je parle de moi à la troisième personne, et je porte aussi une couronne ce jour là !) !

Au passage, je tenais à vous remercier vous qui me lisez, et qui avez bien la gentillesse de me laisser quelques mots, que ce soit un petit compliment, une critique intéressante, ou même un petit troll ! Comme j’aime à le penser, ce n’est pas tant la mauvaise critique qui porte préjudice, mais l’ignorance. Je tiens d’ailleurs à signaler en ce vendredi 13 que je viens de passer le cap des 666 commentaires. Ce blog est donc officiellement sataniste. Je pense  ajouter des têtes de boucs, et des bougies noires sur le site. Et l’écrire avec du sang aussi peut être….

Mis à part ça, j’ai fait quelques petites modifications dans le menu, mettant en avant la rubrique tests. Les rencontres de photographes se retrouve maintenant dans la rubrique reportages. Pourquoi ? les plus perspicaces d’entre-vous, et je sais qu’il y’en a deux ou trois, auront remarqué un nouveau lien : Le shop. Ayant succombé aux lois capitalistiques du « travailler plus vendre son corps pour gagner plus » je vais vous offrir la possibilité d’acheter des tirages classieux trop hype sa mère la … (kof* kof* tousse) de mes photos.

Il me reste encore quelques photos de Bretagne à vous présenter, quelques autres photos sympa aussi que je garde sous le coude, et je devrais reprendre les articles techniques dont vous êtes si friands. Il y’a également une nouvelle rubrique secrète que j’aimerais développer un peu plus avant de vous en parler.

ps : J’ai également mis a jour photos twittées pour ceux que ça intéresse, l’année en cours est disponible ici !

Bon et promis, si je gagne ce soir, je deviens pro blogueur pour vous offrir un article par jour !