La photo de la semaine : 29 – été

Mais mais … Mais vous auriez pu me dire que j’avais zappé la semaine dernière ! Bah voilà, ça fait le malin en vacances, ça s’astique la nouille sur la plage belge à faire des photos HDR, et point de photo de la semaine. Heureusement, ma mémoire totalement faillible m’a rappelé l’erreur. C’est chose réparé aujourd’hui.

5977475508 8bfd0044e3 o 620x413 La photo de la semaine : 29   été

Alors je trouve quand même que la liste des thèmes est pas trop mal étudiée avec certaines semaines en rapport avec un événement, ou un changement de saison. Mais fait dire que cette année, l’été, il est bien pourri. Enfin on croise les doigts pour le mois d’août.

Alors j’ai fouiller dans mes stocks, et vous propose une photo de la Guadeloupe. Le soleil, le sable, la mer et les cocotiers. Ca c’est l’été, comme on devrait tous pouvoir en profiter ! Cette photo date de 2009, mes débuts dans la photographie, mon premier reflex numérique, et toutes les erreurs de débutant qui vont avec blank La photo de la semaine : 29   été

Quand j’y pense, si je retournais en Guadeloupe aujourd’hui, avec mon matériel actuel, je m’éclaterais comme un petit foufou !

Bienvenue chez Flanders ! mon court séjour en Belgique …

Comme vous l’avez compris en lisant les derniers articles, j’ai passé quelques jours en Belgique afin de découvrir ce pays dont j’ai souvent entendu parler, mais que je ne connaissais point. C’est chose réparée dorénavant, avec la visite de la côte flamande (Flandres = Flanders en flamand) et de la mer du nord (Nordzee).

5954101404 a6a7fd37ba o 620x413 Bienvenue chez Flanders ! mon court séjour en Belgique ...

L’arrivée sous la pluie battante, contrairement à la photo d’introduction, m’a largement fait penser à bienvenue chez les ch’tis. Exactement la même approche, après avoir passé le panneau du pays, des trombes d’eau se sont mises à tomber. Alors oui la météo nous avait prévenus, mais en même temps pour une fois qu’on prend nos vacances en juillet, histoire d’avoir un vrai temps d’été, et bien le soleil se fait la malle.

Nous arrivons donc à Westende, affamés, et nous nous ruons dans la première taverne pour nous réchauffer, sécher, et manger (et boire !). Ce qui est étonnant en Flandres, c’est que peu parlent correctement français. C’est tout de même étonnant, moi qui pensais que comme au Canada, le pays étant scindé en deux langages, tous étaient parfaitement bilingues. Le serveur, un gentil garçon, m’a fait penser à une scène de « c’est arrivé près de chez vous ». Et me voila à pouffer de rire au resto, les vacances commencent bien.

Puis retour à l’hôtel, le temps est vraiment misérable, nous nous accrochons à nos espoirs, la météo devant être plus clémente le lendemain. Ce qui a été le cas, heureusement ! nous sommes donc partis faire le tour de la ville, histoire de visiter et d’acheter quelques produits pour cuisiner le midi, et des bières. Aaahh les bonnes bières de Belgique blank Bienvenue chez Flanders ! mon court séjour en Belgique ...

L’après-midi Steve Collin nous à rejoint pour visiter Nieuwpoort. Nous avons laissé les filles se balader le long de la mer, les pieds dans l’eau …froide de la mer du nord, tandis que nous nous promenions tout en discutant photographie. Finalement tels des nanas, nous avons plus tchatché que photographié, mais le rendez-vous était pris pour une virée nocturne sur la plage.

Retour du côté protégé de la plage à l’heure bleue. Après une demi-heure de marche nous voici au bord de la plage. La météo et la pleine lune étant avec nous, nous avons pu nous faire plaisir avec les poses longues à marrée basse. Enfin Steve plus que moi, car il maitrise cette technique, et que de mon côté, mon trépied bas de gamme bougeait. J’ai tout de même tenté la pose longue HDR dont voici le résultat.

Puis quelques délires sur l’estacade, encore quelques poses longues, mais également une photo de lévitation jamais réussie, et qui restera un mystère, que j’attribuerai à la pleine lune, et peut être aux bières  blank Bienvenue chez Flanders ! mon court séjour en Belgique ...

Le lendemain matin, le temps était, hum dans la moyenne du séjour, mais sans pluie. De plus le parking était bloqué par le vide-grenier annuel de Westende. Du coup impossible de prendre la voiture. Nous partîmes donc (la classe l’utilisation du passé, t’as vu ??) avec ma chérie, à la recherche de vivres, et de … boissons. Oui encore blank Bienvenue chez Flanders ! mon court séjour en Belgique ...

Et puis un petit passage sur le vide grenier. J’ai cette vilaine manie de toujours rechercher un vieil appareil photo, histoire de faire une bonne affaire. Et pour le coup j’en ai fait une, avec un Pentax Sfx, armé de son 28-80 et d’une multitude de filtres psychédéliques, que je vais me faire une joie de tester blank Bienvenue chez Flanders ! mon court séjour en Belgique ... . Pour la petite histoire, le Pentax Sfx, est le premier reflex photo a intégrer l’autofocus directement dans le boitier, une petite révolution à l’époque.

L’après midi nous partîmes (double combo dans tes dents !) direction Middelkerke et Ostende pour visiter. Malheureusement le temps s’est dégradé, il se mit à pleuvoir comme vache qui pisse. Du coup nous avons visité le musée du bord de plage a Middelkerke. J’avais repéré un prospectus parlant d’une expo photo sur la vie du bord de plage, ce qui bien sûr nous a amené ici. Un très beau musée qui mérite la visite (surtout vu le prix).

Le temps d’envoyer une carte électronique à notre ami commun Fabrice et de remplir le coffre de bières (mais cette fois-ci pour ramener à la maison), et nous voila de retour à l’appart, le temps étant vraiment contre nous. Il fautto dire qu’à ce moment précis, ce ne sont pas que des cordes qui tombent du ciel, mais les marins et bateaux qui vont avec. Seules les mouettes sont heureuses.

Dernier jour, encore sous la pluie. Nous avons quitté Steve la veille au soir, et voici venu pour nous le temps de partir. Un séjour en demi-mesure, qui aura connu un très beau jour, mais le reste du séjour entaché par la météo. Heureusement, le temps a également été pourri de l’autre coté de la frontière, ce qui a réduit ma tristesse (oui je suis un enfoiré, mais on se réconforte comme on peut). Mais la Belgique me semble un pays sympa à visiter. J’ai promis à Steve de retourner visiter le pays, et notamment Liège, mais cette fois-ci je préviendrai la météo, et je vais m’exercer un peu à la pose longue et au HDR histoire de le taquiner un peu.

Vous pourrez quand même retrouver quelques photos sympas dans la galerie ci-dessous. Comme quoi même avec un temps pourri, on peut se faire plaisir en photographie.

2 jours à la mer du nord avec Steve Collin

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter Steve. Cela fait maintenant 2 ans que je l’ai rencontré sur Bokeh.fr, et nous avons bien accroché car nous avons les mêmes goûts en termes de cinéma, série Tv, à peu près en musique (car je suis un peu plus violent quand même)… et en matière d’images. C’est donc à l’occasion d’un séjour éclair en Belgique, que j’ai proposé à Steve de me rejoindre à la mer du nord pour une rencontre sous le signe de la photographie.

5954107240 8b6ce20c6f o 620x413 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin

Malgré une météo maussade, nous avons profité au maximum de la seule belle journée qui s’est offerte à nous. Quelques clichés de jour à Nieuwpoort, entre nuages, et soleil, rien de bien aisé pour faire des photos. Puis le soir nous sommes retournés à la plage pour profiter de la marrée basse au moment de l’heure bleue. L’heure bleue, pour les non initiés, est la période de temps entre le jour et la nuit où le ciel se remplit presque entièrement d’un bleu pâle plus foncé que le bleu ciel du jour (on dit aussi « entre chien et loup »). Cette teinte bleue se propage sur tout le paysage, offrant des couleurs des plus intéressantes. Pour les scientifiques, elle est causée par la diffusion Rayleigh, mais là je vous renvoie vers wikipedia.

 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin

J’en ai profité pour demander à Steve quelques conseils sur sa technique de prise de vue, étant très à l’aise avec le hdr et les poses longues. Et oui l’avantage aussi pour moi de rencontrer d’autres photographes, et d’apprendre un peu de chacun, tout en vous faisant découvrir leurs travaux. Voici donc la petite interview de Steve :

- Steve peux tu te présenter ?
Je m’appelle Steve Collin, certains me connaissent peut-être sous le pseudonyme de « Coasterman ». Pseudonyme qui me vient d’une autre passion que sont les parcs d’attractions. J’ai 23 ans, je suis belge (avec un accent selon toi blank 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin blank 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin et je vis actuellement à Liège en Belgique.

- Tu entres en 3eme année de photographie, peux tu présenter ton école pour ceux qui seraient intéressés ?
Je viens en effet de terminer ma 2ème année option photographie à l’école supérieure des arts Saint-Luc Liège (http://www.saintluc-liege.be). Il s’agit d’une école où bon nombre de disciplines artistiques sont présentes : pub, graphisme, peinture, sculpture, etc...
C’est vraiment une école très sympa, les cours qui y sont donnés sont très intéressants. Les profs qui donnent cours sont connu dans le milieu photographique belge, voir mondial pour certains.

- D’où viens ta passion pour la photographie ?
Je pense qu’elle me vient avant tout du cinéma. Je me souviens qu’étant petit je voulais faire des films comme Spielberg. J’ai toujours aimé les images mais ce rêve de devenir réalisateur s’est estompé avec l’adolescence. Pendant mes études secondaires j’ai suivi des études en sciences appliquées puis en sciences informatiques. Aucunes des deux ne me prédestinaient à faire de la photo.
C’est grâce à mon autre passion (les parcs d’attractions) que j’ai pris gout à la photo. En effet lorsque je visitais différents parcs je prenais toujours pas mal de photo souvenirs, petit à petit j’ai eu envie d’aller plus loin que la photo souvenir et puis c’est comme ça que j’ai acheté mon premier réflex il y a 2 ans et demi maintenant. Depuis je suis devenu accro.

 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin

Cette image fait partie de mon Travail de Fin d’Année (TFA) réalisé pour mon école. Le travail traite des changements climatiques et plus particulièrement de ce qui se passerait en cas de période glaciaire. C’est l’une de mes images favorites du TFA et ce pour plusieurs raisons. Il s’agit tout d’abord d’un paysage et j’aime les paysages et la nature en général. On retrouve également le coté symétrique que j’aime. Il s’agit d’une photo infrarouge réalisée à l’aide d’un filtre IR à la prise de vue et ensuite pose longue.

- Quel est ton matériel photo de prédilection (un objectif en particulier, du matériel d’éclairage…) ?
Je n’ai que peu de matériel photo, étant étudiant mon budget ne me le permet pas malheureusement. Donc mon matos se compose essentiellement de truc pas trop cher blank 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin
75 à 80% de mes photos sont réalisées avec mon Canon 450D + 18-55 fourni avec le kit. Niveau lumière je travaille aussi bien en lumière naturelle qu’en lumière artificiel cela dépend vraiment de mon sujet. Ces derniers temps je me suis beaucoup concentré sur la lumière artificielle car vu le temps que l’on a en Belgique je n’ai pas trop le choix blank 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin .

- Comment procèdes-tu, a quoi penses tu en premier lorsque tu déclenches ?
Niveau procédé cela dépend vraiment de la situation, je shoot toujours en RAW et je travaille toujours en mode priorité ouverture ou en manuel.
Lorsque je prends une photo j’ai toujours en tête une image, j’ai compris cela suite à une remarque de l’un de mes profs. Je ne pense pas spécialement à une émotion mais bel et bien à une image « graphique ». Cela vient peut-être de mon coté cartésien je n’en sais rien. Mais une chose est sur, c’est qu’à cause de cela je m’autopénalise par moments, lorsqu’a la prise de vue je n’arrive pas à avoir l’image mentale que je m’étais faite je suis déçu et je ne garde que rarement la photo.

- Quel serait ton conseil à un photographe débutant ?
Le premier conseil et qui est pour moi le plus important c’est d’apprendre les règles de base de la photographie ainsi que le fonctionnement de son appareil. Ce n’est que lorsque vous connaîtrez parfaitement toutes ses choses que vous pourrez réellement construire une image du début à la fin.
Pour arriver à connaitre tout ça il faut s’entrainer encore et encore et apprendre de ses erreurs. Apprendre également des gens plus expérimentés, eux vous aiderons d’avantages progresser.
Le second conseil est d’être minutieux lors de la prise de vue, trop souvent j’entends « boh c’est pas grave je corrigerai cela dans Lightroom ou dans Photoshop ». Moi-même je le dis de temps en temps mais il n’y a rien a faire si vous vous êtes appliqués à la prise de vue, votre image sera réussie à tous les coup alors que dans le cas contraire il n’est vraiment pas certains d’obtenir le résultat voulu.

 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin

Cette image correspond à plein de choses que j’aime en photo. Il s’agit d’une photo prise dans une usine abandonnée lors d’une sortie urbex (discipline que j’aime en photo). J’ai également choisi cette image pour son coté graphique qui me correspond bien. La technique utilisée est le « strobist » où j’ai utilisé 2 flashs. 1 flash avec une soft box 60*60 à droite du modèle au niveau du trou de la porte. 1 second flash est placé derrière le modèle et donne cet immense ombre porté sur le sol. J’ai voulu créer une image un peu glauque et angoissante dans la veine post-apocalyptique.

- Qu’attends-tu de la photographie dans les 10 ans qui viennent ? (technologies, pratiques, styles …)
Grosse question celle-là. Bon j’attends tout d’abord qu’elle me permette d’en vivre blank 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin
Niveau technologie ce que j’aimerais par dessus-tout c’est un capteur qui possède une plage dynamique se rapprochant le plus possible de celle de l’œil humain.
Si les prix pouvaient encore diminuer cela m’arrangerais car la photo reste quelque chose de très cher.
J’aimerais que la photo soit d’avantage reconnue comme réel création/œuvre, elle a toujours été dénigré par rapport au cinéma ou à la peinture. Il y a des cinémas un peu partout mais beaucoup moins de lieu d’exposition photo digne de ce nom.

8. Quelque chose a ajouter ? Quelqu’un à remercier ?
Je voudrais déjà te remercier pour cette interview, ce fut un très chouette week-end à la mer. Je voudrais également remercier les gens qui m’ont toujours soutenu et qui m’ont permis de progresser.

 2 jours à la mer du nord avec Steve Collin

Merci à toi Steve pour ces deux jours entre mauvais temps, et bières Belges, mais surtout avec la bonne humeur. Vous pourrez retrouver Steve principalement sur flickr, mais également dans les forums de bokeh.fr et un peu partout sur le net avec le pseudo Coasterman.

La photo de la semaine : 28 – Famille

5950703635 70897f40e7 o 620x465 La photo de la semaine : 28   Famille

Parce que les photos de famille ne sont généralement pas des photos d’art, parce qu’elles ne nécessitent pas forcément d’appareils sophistiquées, parce que les photos de famille sont généralement là pour raconter une histoire, voici une photo de famille. Elle a été prise avec un téléphone portable, et j’ai demandé a ce qu’on déclenche l’obturateur à ma place, car une photo de famille, c’est avant tout la famille, et après la photo.

C’est les vacances !

Et comme le dit si bien le titre, c’est le moment de fermer la boutique, de partir quelques jours se ressourcer. Pas de news, pas de photos, pas de moi tout simplement. Je pars en Belgique voir la mer du nord, en compagnie de mon ami Steve Collin que certains connaissent sous le pseudo de Coasterman. La météo pour le moment n’est pas tip top, j’espère que cela va s’améliorer pour qu’il m’apprenne à faire de belles photos hdr / temps de pose lente, et que je puisse roxxer autant que lui.

5933654426 3bde67279f o 620x413 Cest les vacances !

En attendant, les petit chatons qui se sont installés dans mon grenier vous souhaitent de bonnes vacances. A bientôt !

3eme partie : Procédé chimique

Pour connaître la quantité nécessaire de produit à verser dans la cuve pour les étapes suivantes, lire au dos de la cuve. On y trouvera les quantités à respecter pour différents développements de pellicules : 1 ou 2 pellicules 24X36 (135), 1 pellicule 6X6 (120)… Puis procédez aux étapes de développement dans cet ordre.

Pré-mouillage à l’eau (1min)

Le pré-mouillage sert à humidifier la gélatine du film afin que le révélateur pénètre plus vite dedans. Cela évite des écarts dans des zones de développement pouvant être plus denses que d’autres. Cela amène l’ensemble cuve + film à la bonne température. Petite astuce, cette étape étant rapide, pensez à préparer le révélateur en même temps que le pré mouillage.

5909652439 69b5ddf2ca o 620x413 3eme partie : Procédé chimique

Révélateur

Nous utilisons soit du révélateur Ilford, soit Kodak D76 dilué à 1+1 (un volume de produit pour un volume d’eau). On peut le trouver soit prêt à l’usage, soit le révélateur  se trouve en poudre à mélanger avec de l’eau à 50°C. C’est une préparation qui peut être faite à l’avance et utilisable pendant plusieurs mois.

Prendre 15 secondes pour remplir la cuve. Le fait de verser lentement le révélateur réduit la formation de bulles de la cuve, pour un traitement plus homogène. Déclencher le chronomètre à la fin du remplissage.

5909653755 5708b928bb o 620x930 3eme partie : Procédé chimique

Faire 3 agitations dans les 30 premières secondes puis 1 agitation à la fin de chaque minute de développement, si celui-ci dure plus de 6 minutes (sinon 1 agitation toutes les 30 secondes).

5909655295 783fa5984b o 620x930 3eme partie : Procédé chimique

Les agitations consistent en un retournement lent de 90° de la cuve, soit la tête en bas. Comptez environ 10 secondes pour un aller/retour. Puis Tapez la cuve sur un plan solide à la fin de chaque agitation afin de faire partir les bulles coincées dans la spire. Plus on agite, plus le contraste augmente.

5909657001 dfbf28089b o 620x930 3eme partie : Procédé chimique

Commencez à vider la cuve 15 secondes avant la fin du temps total de développement. Vous avez le temps entre les rotations de préparer le bain d’arrêt pour la prochaine étape. Si on augmente le temps, la densité va augmenter, ainsi que le grain.

Le temps de développement dépend du modèle de la pellicule, du révélateur employé, ainsi que de la température de votre mélange. Vous pourrez vous référer aux tableaux fournit par les fabricants. Par exemple vous pouvez retrouver un tableau des temps à pratiquer, à l’intérieur de la boite cartonnée des pellicules Ilford.

Bain d’arrêt (1 min)

Après avoir lentement vidé le révélateur, remplir la cuve d’un bain d’arrêt industriel ou d’eau additionnée de 2% (une rincette) d’acide acétique. Ne pas utiliser de vinaigre du commerce. Pendant que le film trempe, préparer le fixateur.

Fixateur (2 min)

Utiliser un fixateur à action rapide, en dilution 1+4 (1 volume de produit, pour 4 volumes d’eau). Faire 3 agitations dans les 30 premières secondes, puis 2 agitations toutes les 30 secondes. Les agitations sont à effectuer de la même manière que vu précédemment.

5909658395 479fe02621 o 620x930 3eme partie : Procédé chimique

Lavage (24 min)

Remplir la cuve, une fois ouverte et débarrassée de tout ce qui ne sert pas, avec de l’eau. Laisser reposer pendant 3 minutes puis changer l’eau. Renouveler l’opération 7 fois, soit 8 lavage avec une eau propre.

Rinçage (2 min)

Afin d’éliminer les traces de calcaire, rincer 1 min dans de l’eau déminéralisée puis 1 min dans de l’eau déminéralisée avec quelques gouttes d’agent mouillant (qui permettra un séchage uniforme).

Séchage (6 à 12h suivant l’humidité et la température du laboratoire)

5909659657 7138622faf o 620x930 3eme partie : Procédé chimique

Sortir le film de la spire, le suspendre avec une pince en plastique et fixer en bas un papier absorbant quelconque. Tant que le film n’est pas sec, il est très fragile et colle les poussières dans sa gélatine. Vous pouvez à présent le suspendre a un fil à linge suspendu, afin que les résidus liquides sèchent. Petite astuce, vous pouvez lester votre pellicule avec une autre pince à linge, à laquelle vous accrocherez un bout de mouchoir en papier. Ceci permet d’absorber le liquide pouvant couler de votre pellicule, et lui permettra de sécher bien droite.

5909664071 27c35cb89d o 620x930 3eme partie : Procédé chimique

Lorsque le film est sec, le découper en bandelettes de 6 poses (ou 4 poses si l’on projette de scanner sa pellicule). Solution pratique pour la conservation des films : prendre une feuille de papier 21×29.7 classique, la plier en 3 dans le sens de la longueur, mettre les bandelettes de pellicule dedans puis replier les 2 extrémités de la pochette.

Éviter les pochettes cristal, acétate, les feuillets cristal ou acétate perforés, les classeurs de rangements… Ces solutions ne protègent les films, ni de la lumière, ni de l’acidité de l’air.

Vous êtes à présent en mesure de développer vos films argentiques. Une fois les produits acquis, il suffira d’un peu de pratique et le développement sera une simple formalité. Si toutefois vous avez peur de mal faire, ou que vous souhaitez avoir l’avis d’experts, je vous conseil de faire un tour dans un club photo près de chez vous. Il y’aura toujours une personnes avec les compétences, qui vous expliquera ces méthodes.

Variations autour du vol en montgolfière

Ce qui est sympa lorsqu’on vol en montgolfière, c’est que au-delà des clichés conventionnels de paysages, le vol en altitude vous offre un tout nouvel angle de vue, sur la terre qui se trouve à plusieurs dizaines de mètres sous vos pieds.

Pour celui qui aime jouer avec cette hauteur, il est possible de réaliser des photos à effet maquette, aujourd’hui communément appelé tilt-shift. Soit vous avez un objectif à décentrement et vous pouvez faire vos clichés, soit vous pensez à la retouche que vous effectuerez au moment de déclenchement. C’est mon cas ici, ou j’avais bien en tête l’intention d’appliquer cet effet.

5909582131 323e06a695 o 620x413 Variations autour du vol en montgolfière

Rue des cerisiers – Dole

5910142792 1d4752e269 o 620x413 Variations autour du vol en montgolfière

Ets Solvay – Tavaux

Autre avantage, le déplacement lent vous permettra de créer des photos en 3D grâce à la technique de l’anaglyphe. Vous devez prendre deux photos avec un déplacement latérale de quelques centimètres à quelques mètres (comme ici)  selon la distance de votre sujet. J’ai donc essayé avec une église du village de Tavaux. Malheureusement, l’espacement est difficile à calculer dans le ballon,  et ce n’est donc pas ma meilleure anaglyphe. Le rendu est tout de même correcte sur l’église, alors chaussez vos lunettes rouge/bleu et plongez dans la photo.

5909613519 f1db77f91c o 620x413 Variations autour du vol en montgolfière

Enfin la nature, confronté à l’intervention de l’homme, permet d’obtenir des clichés très graphiques, notamment dans les champs, avec ses symétries et ses couleurs. J’ai donc réalisé cette mini série de clichés, sur lesquels j’ai simplement appliqué un recadrage, et boosté les contrastes et saturations.

La photo de la semaine : 27 – Bleu Blanc Rouge

5914866296 a2a28bffae o 620x413 La photo de la semaine : 27   Bleu Blanc Rouge

Je n’avais vraiment pas envie de faire une photo patriotique, à bas e de drapeau, de nation, et de fête nationale. J’avais pensé à faire une photo sympa d’accumulation d’objets de couleur, mais les objets de mon quotidien sont plutôt sobres. Et ma paire de lunettes 3D me faisait des clins d’oeil depuis mon fond de tiroir. J’ai donc (encore) opté pour l’auto-portrait, serré cette fois-ci.

J’ai utilisé la technique du high-key, qui consiste à réduire les contrastes, tout en poussant volontairement la surexposition (mais maîtrisée quand même). Ceci m’a permis d’obtenir ce blanc nécessaire à ma composition.

Je vous en apprends des choses en ce moment, j’espère au moins que cela vous intéresse. Eh les deux du fond ! Vous me copierez 100 fois « La photographie n’a de sens que si elle épuise toutes les images possibles. »

Photographes, affichez votre passion !

Vous êtes photographe et vivez votre passion pleinement. C’est bien, même très bien. Mais vous souhaitez afficher votre passion même lorsque vous n’êtes pas dans un studio, ou en train de crapahuter dans la nature pour prendre en photo une espèce rare de marmotte ? Quoi de mieux que ce petit guide avant les vacances pour briller en société. Nous allons vous aider à choisir le gadget qui permettra d’afficher votre passion !

Les mugs :

Vous souhaitez un objet utile, et qui affiche la couleur ? Optez pour le mug au couleur de vos objectifs préférés. Ces mugs ont un intérieur acier, permettant de conserver a température sa boisson favorite. A vous le café chaud, dans votre beau mug Nikon. Comptez entre 16 et 30 dollars pour ces mugs. 50 dollars pour la version thermos du 70-200. Plus d’information ici en Vo, mais on commence à les voir apparaître dans nos boutiques françaises.

can 003 canon24 105 cup 1 Photographes, affichez votre passion !

Les bracelets :

Si vous êtes du genre à continuer à porter des bracelets en caoutchouc, voici qui devrait vous faire plaisir avec ces bracelets d’ouverture de focale. comptez 6,99 dollars et ça se trouve ici. A savoir que de nouveaux modèles ont été réalisés à partir du viewfinder, ou des réglages de prise de vue (PASM). Vous trouverez également les bracelets aux couleurs de vos objectifs préférés à cette adresse.

bunchofhero 2 Photographes, affichez votre passion !

La tirelire en forme de reflex :

Tout le monde le sait, la photographie, c’est un gros budget. Nous avons toujours besoin d’un filtre, d’un trépied, d’un nouvel objectif. Quoi de mieux que cette tirelire aux couleurs de la marque Canon. Cette tirelire « Eos 7D » sera du plus bel effet sur votre étagère, et gardera secrètement vos économies. Ça vient de sortir, et se trouve ici pour 36 dollars.

TSTYL021200 02 L Photographes, affichez votre passion !

Le coussin en forme d’objectif :

Nouveau venus dans le complétement inutile, donc indispensable, le coussin en forme d’objectif. Vous retrouverez les objectifs Canon 50mm f/1.8 II, Canon 24-105mm f/4 L et Nikon 35mm f/1.8. Ça se trouve chez Plushtography.com

oreiller photo 01 Photographes, affichez votre passion !

Les boutons de manchettes :

Quoi de mieux pour aller avec votre costume, que ces boutons de manchettes en forme de boitiers argentiques. Cette magnifique paire de boutons de manchettes thématique saura plaire à tous les fanatiques de photographie. On les trouve sur amazon pour une vingtaine d’euros, et franchement je les trouve classes.

31H2VR8QR2L. SS400  Photographes, affichez votre passion !

Les t-shirts et vêtements :

Vous trouverez des habits de vos marques préféré (Sony, pentax, Nikon, Canon … blank Photographes, affichez votre passion ! sur internet. Mais vous pourrez trouver des choses plus originales comme des t-shirts aux allures de pubs vintage, des reproductions de vieux boitiers, une charte de gris ou même un simple « f/64″. Des références bien sûr qui feront sourire les connaisseurs. Le site t4photo vous permettra certainement de trouver votre bonheur. Vous trouverez également quelques tees sympa chez Etsy. C’est toujours un classique, mais on trouve des graphismes vraiment sympas.

il 570xN.203028336 Photographes, affichez votre passion !

Et vous ? vous avez d’autres bons plans pour partager votre passion avec le monde entier ? n’hésitez pas à nous donner vos bons tuyaux dans les commentaires !

Hommage à Nadar : La photo en Montgolfière

Dimanche matin, tôt, très tôt, j’ai effectué mon premier vol en montgolfière. A la base je devais le faire samedi soir, profitant ainsi des lumières rasantes du coucher de soleil. Mais cette pratique étant dépendante de la météo, et notamment du vent, qui était trop fort pour pouvoir décoller / atterrir dans de bonnes conditions.

5910092624 efea1eb92f o 620x930 Hommage à Nadar : La photo en Montgolfière

Pourquoi hommage à Nadar ? Petit cours d’histoire !

Gaspard-Felix Tournachon, dit Nadar, est un caricaturiste, aéronaute et photographe du 19ème siècle. Il à tiré le portrait de Wagner, Baudelaire, Maupassant, Manet, Courbet… bref, LE portraitiste de l’époque. Cela lui aura même valut un procès avec son frère cadet, qui choisit à son tour le métier de photographe portraitiste, et voulut également se faire appeler Nadar.

Nadar voulait que l’appareil de photographie puisse être emporté à l’extérieur des studios et en voyage, aussi facilement que le chevalet du peintre. Il va commencer aussi à expérimenter la photographie embarquée dans un ballon, et fut donc aussi, en 1858, le pionnier de la photographie aérienne, avec ses vues de Paris. Et ouais moi aussi je peux vous en apprendre des choses ! Mais revenons-en à nos ballons.

Dimanche matin donc, 6h du mat, nous retrouvons l’équipe de Jura Montgolfière pour une petite virée « à la fraiche ». Le temps de gonfler les ballons, et nous voila partis dans les airs. C’est une impression étrange, on décolle, mais c’est hyper stable, on a l’impression d’être accoudé au balcon d’un appartement en hauteur.

5910095230 ec74c4ced3 o 620x413 Hommage à Nadar : La photo en Montgolfière

On monte très vite aux alentours de 200 mètres de hauteur. A savoir que beaucoup de récit de personnes ayant habituellement le vertige, ne l’ont pas ressenti en montgolfière. Ceci étant lié à la stabilité de la nacelle, qui au finale se déplace avec le vent, et n’y oppose pas de résistance. Du moins c’est ce que je pense. Nous arrivons rapidement sur la ville de Dole, vitesse de croisière 22 Km/h.

En vol nous croisons d’autres ballons. C’est la pleine saison pour les aérostiers (pilotes de ballons, t’as vu ? Je t’apprend même des nouveaux mots). La seule contrainte étant la météo, dès qu’il fait beau, et que le vent est clément, les montgolfières sont de sortie. Bon pas trop de chance d’un point de vue photographique, nous passons la ville du mauvais coté, et je me retrouve quasiment à contre-jour. En fait il y’a deux choses que j’aurais aimé avoir, à savoir la ville correctement éclairée, et un petit bout du Doubs. Non pas le département, mais la rivière.

Mais c’est pas grave, il y’a quand même de la matière dans la boite à lumière, et les photos sont facilement récupérables. De l’autre coté, nous avons la campagne jurassienne. Et là, c’est impressionnant comme le Jura est … plat. Enfin par chez moi blank Hommage à Nadar : La photo en Montgolfière Quand on parle du pays du comté, et du vin de paille (check ça les bons produits !), on pense à Morez, St Claude, Les Rousses … Cela dit c’est quand même super joli, j’ai même le droit à un arc-en-ciel artificiel blank Hommage à Nadar : La photo en Montgolfière

Nous survolons encore quelques champs, quelques village, et il est déjà le temps de se poser. C’est un voyage à faire, à vivre, au moins une fois dans sa vie. Le vol est agréable, et avoir un autre point de vue sur un lieu est extrêmement intéressant. L’atterrissage lui est un peu sport, le vent au sol s’étant levé, mais le pilote maitrise parfaitement le sujet, la situation, et en suivant ses instructions tout se passe pour le mieux.

Si vous voulez voir encore quelques photos de mon plat pays vous pouvez voir les photos dans la galerie ci-dessous. Merci à Jura Montgolfière pour leur professionnalisme, et leurs explications tout au long du trajet (et j’en ai posé des questions), et à m’a chérie pour m’avoir fait ce cadeau original.