Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Lorsque notre contact chez Kerpix nous à proposé de tester les produits de la nouvelle collection 2010/2011 chez Tamrac, le choix a été difficile. La gamme s’est en effet étoffée dans les différente familles de sacs, et répondent à toutes les demandes. Je me suis donc orienté vers les sacs de la gamme Rally, sacs d’épaule, au design sobre et élégant. Voici le test de l’imposant Rally 7, sac d’épaule pro, fabriqué par Tamrac.

Tamrac Scan Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Credit @ Tamrac

Mais pourquoi avoir choisi un des plus gros ? Des envies de grandeur ? Simplement pour la frime ? En fait lorsque j’ai vu ce sac, ma première réaction a été : « Mais comment peut on transporter autant sur une seule épaule ? », et le moyen d’avoir une réponse était de l’emporter sur le terrain.

Tamrac 3447 brown Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Apparence :

Le sac Tamrac Rally 7 est un sac imposant avec ses dimensions extérieures de 43 x 19 x 30cm. Ce qui est appréciable c’est qu’a l’intérieur il est tout aussi imposant avec ses dimensions de 41 x 12 x 25cm, lui permettant de contenir un ordinateur portable jusqu’à 15 pouces, en plus de votre matériel photo. Sa taille XXL lui impose un poids à vide de 1205g, mais c’est le poids à supporter pour un volume aussi important.

Le design du sac est moderne, dans l’air du temps avec ses deux coloris, noir, et marron. La sobriété des sacs de cette gamme est également un atout, puisque ils vous permettent de transporter votre matériel, parfois onéreux, en toute discrétion.

Rangements :

Le sac est conçu de manière à séparer le volume intérieur en 4 espaces horizontaux, eux mêmes divisés en 2, grâce à des séparateurs fixés par velcro. Ces compartiments sont bien sûr modulables, mais pour l’avoir testé pendant 15 jours, il me semble bien organisé dès le départ. Il vous suffira à la limite d’enlever un de ces compartiments pour y glisser un grand zoom, type 70-200 ou plus. (voir schéma ci-dessous).

tamrac rally 7 interior Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Vous pourrez facilement ranger dans ce sac un boitier reflex muni d’un objectif standard ou compact, 2 objectifs moyens, un zoom de grande taille et un flash. Vous avez également le compartiment derrière qui vous permettra de glisser un ordinateur portable. Enfin une grande poche à l’avant vous permettant de ranger quelques petits accessoires et bloc note.

Une poche ouverte existe également à l’arrière du sac, vous permettant d’y glisser rapidement une pochette, ou un plan. Petite remarque, le sac ne semble pas être étudié pour transporter en même temps un ordinateur portable 15 pouces, plus un boitier avec grip, ou de la taille d’un Canon 1D/Nikon 3Ds. En effet l’épaisseur des deux éléments risque d’être trop importante pour avoir une utilisation confortable de ce sac.

TRC RLY 7 BLK open Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Si vous êtes dans ce cas, préférez un portable de plus petite taille (12 pouces par exemple), ou même une tablette tactile, car ils sont moins larges, et ne devrait donc pas gêner, en se positionnant juste en dessous de votre grip.

Sur le terrain :

J’ai passé une journée complète en ballade dans Paris avec cette besace, dans laquelle j’y avais glissé tout mon matériel. Point de vue praticité, ce sac est relativement bien étudié. L’ouverture fermeture du compartiment se fait facilement, et il est alors aisé de prendre en main rapidement son appareil photo. Les compartiments relativement bien pensés, permettent de poser ses objectifs lorsqu’on les échange, et vous évitera de déposer votre sac au sol ou sur un rebord de fenêtre. Pas de support pour monopod ou trépied sur ce sac, mais vous l’aurez compris vu le format, cela est assez compliqué. Préférez dans ce cas un sac à dos, qui sera plus adapté.

Julienb Tamrac Rally Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Credit @ hippocampe

Cependant la taille de ce sac Rally 7, est un avantage comme un inconvénient. Son avantage vous l’aurez compris, et de pouvoir transporter un maximum de matériel de manière discrète. Par contre supporter le poids de tout ce matériel devient un vrai calvaire sur une journée complète, où lorsque vous avez de problèmes de dos. J’ai ressenti le poids de mon matériel pendant deux ou trois jours. Je vous conseil donc de ne pas charger votre sac avec tout votre matériel si cela n’est pas nécessaire. Ceci est valable pour tous les sacs d’épaules, et votre corps vous dira merci.

Conclusion :

Ce Tamrac Rally 7 est néanmoins un très bon produit. Son volume important, et sa qualité de fabrication, en font un produit robuste et prêt à supporter un équipement complet. Il ne peut pas être utilisé dans toutes les conditions (ne comptez pas faire une randonnée avec !) mais sera le compagnon idéale du photographe citadin, ou du professionnel devant se déplacer entre deux rendez-vous. Même dans le métro Parisien, il sait se faire discret, et reste maniable dans le flot de la foule.

TRC RLY 7 BLK closed Test Produit : Le sac Tamrac Rally 7

Dernière recommandation pour vous mesdames, préférez les modèles plus petits, qui seront plus adaptés tel que le Rally 4, ou le Rally 2 (visible sur la toute première photo de cet article).

Retrouvez les fiches techniques des sacs Rally 7, Rally 4 et 2, mais également les fiches des autres produits de la gamme sur le site de Kerpix, que nous remercions encore pour ce prêt de matériel.

Coup de coeur sur : Detroit Metal City – Anime

J’ai découvert cet Animé grâce à un tweet, et depuis je me fend la gueule. Comme quoi : Merci Internet !

Détroit Metal City est un mangaparodique de Kiminori Wakasugi. Le personnage principal Sôichi Negishi est un jeune garçon timide, doux,  propre sur lui, qui affectionne les ambiances délicates, aime Amélie Poulain et la pop suédoise. Mais plus improbable, il est aussi le chanteur-guitariste déchaîné de DMC (Detroit Metal City), un groupe de Death/black Metal. Sous son nom de scène : Krauser, c’est un démon venue de l’enfer qui aurait tué et violé ses parents. Bien qu’il déteste cette vie, Il assure pleinement ce job, avec lequel il rencontre la gloire et le respect. Cette double vie non assumée par le héros est un prétexte à toutes sortes de quiproquos.

Detroit Metal City Coup de coeur sur : Detroit Metal City   Anime

A l’origine c’est un manga en 9 tomes, que je n’ai pas eu la chance de lire, cependant l’animé lui semble bien coller à l’édition papier. Pour se donner une idée, ce manga m’a énormément fait penser à Bokusatsu tenshi Dokuro-Chan (L’ange exterminateur) pour son humour gras et trash. Certes moins violent, mais avec de la blague SM, et des situations cocasses.

dmc2 620x413 Coup de coeur sur : Detroit Metal City   Anime

La musique est également très sympa, pour peu qu’on soit habitué au métal et à la J-music (musique Japonaise). Même les incartades Pop Suédoises blank Coup de coeur sur : Detroit Metal City   Anime de Sôichi sont plaisante à écouter, et reste en tête « sweet bââby ». Les personnages sont complétements barés, surtout la manager, hysterico-nymphomane, qui gère le groupe comme elle l’entend.Bon j’ai pu vous trouver que la bande anonce de l’animé en Vo, mais ça devrait vous aider à vous faire une idée blank Coup de coeur sur : Detroit Metal City   Anime :

0 Coup de coeur sur : Detroit Metal City   Anime

A voir absolument (ou lire), car c’est une excellente comédie sur le métal, la culture nipponne et même la pop. Tout le monde en prend pour son grade, et c’est hilarant du début à la fin.

Ps : En faisant mes recherches, j’ai même trouvé un film « live » datant de 2008, il me le faut absolument !! :XO:

note :

On the railroad

5553769343 72ec64f498 o 620x930 On the railroad

Il ne passe pas un jour sans que je ne m’amuse avec ce petit sigma 30mm f/1,4. C’est une vrai petite bombe, de précision et de rapidité. Cette fois-ci c’est dans le cadre du défi de la semaine sur Bokeh.fr, ayant pour thème le « Chemin de fer » que je suis allé faire quelques clichés. J’adore l’image que dégage cet appendice métallique, inspirant le voyage, le mouvement et quoi de mieux que de mettre en scène une personne marchant sur une voie de chemin de fer. J’ai donc embarqué ma chérie dans cette histoire, afin d’être mon modèle.

J’ai la chance d’avoir non loin de chez moi, une voie de maintenance appartenant à la Sncf, qui n’est plus utilisée, et du coup je vais y faire un tour de temps à autre, j’aime bien ce coin. Sauf l’été car la déchetterie à proximité dégage une odeur pendant une certaine période, qui même avec mon odorat sous-développé, est très désagréable. Enfin Bref j’ai proposé cette petite photo sans prétention pour le défi, rendez-vous la semaine prochaine pour voir les résultats !

La photo de la semaine : 12 – Planifier

5557218982 aa76f670c7 o 620x413 La photo de la semaine : 12   Planifier

Pour ce thème j’étais parti sur une image en relation avec le japon, mon masque à gaz, quelque chose de post-apocalyptique. Puis je me suis dit que ce serait trop facile, déjà fait, déjà vu surtout, par ici.

J’ai donc voulu voir plus large. 2012, le calendrier Maya, l’astrologie, l’ésotérisme. Tel un nostradamus (merci Laurent pour la comparaison), je cherche à prévoir, planifier, les futurs événements, en espérant pouvoir éviter les catastrophes dont beaucoup d’anciens documents parlent. J’aime assez le mélange de documents présent ici : Une bible, un livre sur la sorcellerie en France, des relevés sismologiques, astrologiques, des références à l’apocalypse, et plan des constellations. Entourée en vert, c’est Arcturus, mais pour en savoir plus, je vous laisse chercher sur internet  ;-)

Mehtnakriss @ La Paix

Suite de notre concert du 16 mars à la Paix avec cette fois-ci Mehtnakriss. C’est un autre groupe Bisontin, qui nous propose ici un Death nouvel génération, teinté de trash, de metal, et de partie mélodiques voir progressives.

Cette fois-ci le son monte d’un cran. La batterie est brutal, et la basse claque frénétiquement, le tout accompagné de rythmiques bien speed. C’est presque dommage d’avoir une si grande différence musicale entre ces deux groupes, mais on ne va pas faire la fine bouche avec 1 concert tout les demi-siècles dans cette bonne vieille ville.

Question photo, malgré que les deux concerts aient eu lieu au même endroit, avec le même éclairage, j’ai voulu traiter mon sujet de manière différente, apporter une esthétique visuelle à chacun des groupes. Après le Noir et blanc trash du set d’Haarmlesh, j’ai opté ici pour une session couleur, teinté d’orange et de violets, tout en conservant le bruit numérique lié à la faible luminosité du lieu. Les couleurs sont en adéquation avec l’image du groupe et même du clip. Et même parce que je suis sympa, voici le clip officiel de la chanson « Grey zone » :

0 Mehtnakriss @ La Paix

13-Design change de peau (oui encore)

En grand éternel insatisfait, le contenue de ce site évoluant, le thème ne me convenait plus. Mais cette fois-ci je pense tenir quelque chose ! Un thème toujours en nuances de gris, mais simplifié. Le menu de droite a été épuré des fonctions inutiles. Mon social network lui, a été mis en avant en remplaçant la barre supérieur de l’ancien site, trop discrète, par cette nouvelle barre à droite.

screenshot 13 13 Design change de peau (oui encore)

Le gros changement vient de la présentation des articles. Aujourd’hui ils sont présentés en petites vignettes. Pourquoi ? Car cela me permets dès la page d’accueil de vous proposer plus de contenu, mais surtout d’alléger la page avec ces petites images, ce qui m’a permis de gagner entre 2 et 3 secondes sur le temps de chargement de la page, et ça c’est énorme en temps de chargement.

Les articles à la une sont passé en haut du site, vous permettant d’avoir en un coup d’oeil les derniers articles intéressants. La présentation des recherches, elle,  est également sous forme de blocs avec vignette, l’ensemble est relativement léger. Je verrai à l’usage si j’augmente la taille des vignette, ou non.

Il est également apparu dans le menu de droite, un encart publicitaire, qui sera amené à remonter dans la barre, en fonction des annonceurs qui proposeront de mettre leur pubs. Attention, je sélectionnerai quand même les propositions, ne vous attendez pas à voir de la pub pour meetic ici, mais je pense plus à des boutiques de qualité tel que miss numérique, où geek trend.

Il me reste encore quelques traductions à faire, en je vais également reprendre un peu le menu pour qu’il soit plus clair, mais dans l’ensemble le site est pleinement fonctionnel. Enjoy et n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Haarmlesh @ La Paix

Mercredi dernier se tenait un concert à Dole (Hoooo !) de Metal/punk/Crust (Whaaaa !) en plein milieu semaine, ça vous l’aviez déjà compris sauf si vous êtes dyslexique, mais c’est surtout pour noter la nature miraculeuse de cet événement !!

Deux groupes, pour la plupart composés d’amis et de connaissances, jouaient donc ce soir là : Haarmlesh, groupe de Punk / Garage / Trash et Mehtnakriss groupe de Deathcore. Pour que cela soit moins dur pour vous j’ai éclaté les photos en deux sets, premièrement pour faire durer le plaisir, mais également car j’ai traité les deux séries de photos différement en fonction des groupes.

On attaque donc les hostilités avec Haarmlesh. Groupe bisontin, qui ne se prend pas la tête, et qui nous envoie un gros Punk Crust sauvage dans la tête. Toujours dans l’humour, souvent gras, mais non dénué de sens, le combo nous propose des titres fulgurants tel que « Bot People » « Sin Vegan » ou encore « Apocalypse Knights ride bikes ». Oui oui, Les chevaliers de l’apocalypse roulent à vélo blank Haarmlesh @ La Paix

En tout cas du bon son en perspective, j’ai retrouvé la hargne de mes vingt ans avec ce show enragé. Niveau photo j’ai donc opté pour un traitement noir et blanc bien prononcé, bien contrasté, pour coller à l’ambiance Garage, concert de bar, brut de pomme. Je ne peux que vous inviter à aller écouter deux de leurs morceaux sur le myspace du groupe : Myspace.com/dirtyhaarmlesh. La suite à venir avec Mehtnakriss.

Paris en HDR

Ce samedi, j’ai fait l’aller retour à Paris. La région de Bourgogne à eu la bonne idée de mettre en place des aller-retour Dijon – Paris pour 18 euros. Alors certes le voyage est long, car c’est en TER, le voyage est fatiguant car il faut se lever tôt, très tôt, voir trop tôt … Mais bon vu le prix, c’est quand même bien sympa de pouvoir passer une journée à la capitale, pour faire le touriste. Le but était également de rencontrer quelques photographes de Bokeh.fr mais je reviendra là dessus un peu plus tard dans la semaine.

5546230872 1637f9b191 o 620x934 Paris en HDR

J’ai donc fait le voyage, histoire de me balader, et de prendre quelques clichés. Ici la tour Eiffel, prise depuis le jardin du musée du quai Branly. Cette photo est encore assez soft, les diverses expositions m’ont permis de récupérer le ciel, grisâtre. Les couleurs, du bas sont un peu plus flashy, bien que le jardin étais relativement coloré.

J’ai également voulu rattraper la place Vendôme, la place bling bling, avec un traitement HDR plus poussif. Avec ce temps gris, et la fin de journée, il fallait pousser le vice.

5546231298 f2c386f602 o 620x412 Paris en HDR

J’ai essayé de garder une homogénéité dans le traitement, mais ici le rendu est moins bon. J’avoue ne pas être un pro du HDR. J’essaye le plus souvent de faire des images avec un traitement léger, mais cette fois-ci c’est plus extrême. Cette technique du HDR n’est pas ma préférée, cela peut aussi se ressentir dans ma motivation à la travailler. Peut être qu’un peu plus de documentation me permettra d’obtenir de meilleurs résultats. Si vous avez un bon bouquin à me recommander, je ferai peut être la pas.

Dans mon jardin …

… il y pousse de jolies petites fleurs.

5514801542 e7f17e9310 o 620x930 Dans mon jardin ...

Ces jolies petits crocus, ont poussé ces derniers jours dans le jardin. Des bulbes que va chérie avait laissé, et qui en ces magnifiques jours de pré-printemps, ont décidés de pousser. Ce superbe bokeh vient du sigma 30mm f/1,4 qui est une véritable petite bombe :up: